Libération des 14 personnes soupçonnées de menace terroriste en Belgique
Actualisé

Libération des 14 personnes soupçonnées de menace terroriste en Belgique

Les 14 personnes qui avaient été interpellées vendredi dans le cadre de l'enquête sur un présumé projet d'évasion d'un sympathisant d'Al-Qaïda emprisonné en Belgique ont été libérées samedi par manque de preuves, a annoncé le service du procureur fédéral.

La justice a estimé que les preuves étaient insuffisantes pour maintenir en détention au-delà de 24 heures les 14 personnes interpellées la veille dans le royaume, a précisé Lieve Pellens, porte-parole du bureau du procureur fédéral belge.

Toutefois, les mesures de sécurité renforcées, annoncées par les autorités belges après les interpellations, resteront en place pour toute la durée des fêtes de fin d'année, a souligné la porte-parole. «Nous pensons qu'il y a toujours une menace», a déclaré Mme Pellens interrogée au téléphone par l'Associated Press.

La porte-parole a reconnu que les perquisitions effectuées aux domiciles des suspects n'avaient pas permis de retrouver d'explosifs, armes ou toute autre preuve de leur éventuelle implication dans ce présumé projet d'évasion.

En 2003, Nizar Trabelsi, un ressortissant tunisien de 37 ans, a été condamné à dix ans de prison pour avoir planifié un attentat à la voiture piégée visant «Kleine Brogel», une base aérienne belge où une centaine de militaires américains sont basés. Il avait reconnu que son objectif était de tuer des soldats américains.

Les 14 personnes interpellées en Belgique auraient eu l'intention de le libérer par la force, avait expliqué vendredi le bureau du procureur fédéral.

Parmi les personnes interpellées, dont l'identité n'a pas été rendue publique, figurerait, selon la chaîne RTL-TVI, Malika el-Aroud, d'origine marocaine, veuve d'un des kamikazes auteurs de l'attentat en 2001 contre le chef de guerre afghan Ahmed Shah Massoud. Acquittée de toute implication dans l'assassinat de Massoud en 2003, elle avait été inculpée en juin en Suisse pour soutien à une organisation criminelle pour gérer des sites Internet proches d'Al-Qaïda.

A la suite de ces interpellations, les autorités belges ont renforcé les mesures de sécurité près des aéroports, des stations de métro et des marchés de Noël. AP

sop/v0 (ap)

Ton opinion