Libérée après avoir poignardé son mari
Actualisé

Libérée après avoir poignardé son mari

Condamnée en octobre à six ans de prison par la Cour d'assises de Genève pour avoir tué son mari à coups de couteau, une Russe de 55 ans a obtenu sa libération conditionnelle mardi.

La femme avait déjà effectué quatre ans de détention.

Le Tribunal d'application des peines et mesures a tenu compte du bon comportement de la meurtrière lors de sa détention préventive. Il a aussi estimé que cette femme ne présentait aucun risque pour la société, a expliqué son avocat Robert Assaël.

La Russe avait tué son mari en décembre 2003 dans leur luxueuse villa de Cologny (GE). Elle avait endormi son époux en glissant un somnifère dans sa tisane, l'avait attaché à un canapé, l'avait réveillé, puis lui avait donné une quarantaine de coups de couteau.

Dépressive

Au moment des faits, la meurtrière souffrait d'une grave dépression. Elle se sentait abandonnée par son mari, un riche avocat russe. Ce dernier entretenait une liaison avec une jeune Moscovite et n'était pas souvent à Genève.

La femme a aussi dû gérer seule les problèmes de toxicomanie dont ont souffert ses deux fils. La Cour d'assises a reconnu la responsabilité restreinte de la meurtrière. Cette dernière a aussi exprimé son repentir lors du procès.

Une fois libre, la mère de famille compte se rendre dans une clinique vaudoise où elle sera suivie sur le plan psychiatrique. Ce séjour lui permettra de faire la transition entre la prison et son retour à la maison, a relevé M. Assaël.

(ats)

Ton opinion