Libre circulation des personnes encouragée par l'économie
Actualisé

Libre circulation des personnes encouragée par l'économie

Les organisations économiques montent au front pour défendre la reconduction et l'extension de la libre circulation des personnes à la Roumanie et à la Bulgarie.

Cet accord a dynamisé la croissance, l'emploi et la prospérité en Suisse, rappellent-elles.

La libre circulation des personnes a contribué «de manière substantielle» à la création de 190 000 emplois sur sol helvétique ces trois dernières années, a déclaré lundi Gerold Bührer, président d'economiesuisse, à la presse réunie à Zurich. Un emploi sur trois dépend en outre des relations entre Berne et Bruxelles, la Confédération gagnant un franc sur trois grâce à elles.

Rudolf Stämpfli, président de l'Union patronale suisse a, lui, souligné que la Suisse a besoin des travailleurs qualifiés de l'Union européenne. Les craintes des opposants à la libre circulation étaient infondées, selon lui. L'immigration est contrôlée en fonction du marché et «nos assurances sociales - l'AVS surtout - bénéficient des cotisations versées par les immigrés».

Pour les petites et moyennes entreprises (PME), un «non» l'an prochain en votation à la libre circulation représenterait un «scénario catastrophe», a averti le président de l'Union suisse des arts et métiers Edi Engelberger. Ce d'autant plus que ce rejet mettrait en péril les six autres accords bilatéraux I.

La Suisse romande bénéficie en outre «pleinement» des accords bilatéraux, a estimé Bernard Rüeger, président de la Chambre vaudoise de commerce et de l'industrie. Ceux-ci ont en effet contribué à la décrue du chômage dans tous les cantons francophones. (ats)

Ton opinion