Bâle: Licenciement massif chez Novartis: une opportunité pour certains

Publié

BâleLicenciement massif chez Novartis: une opportunité pour certains

Le géant de la pharma a annoncé 1400 départs forcés. Pour la moitié des personnes touchées, cela représente une chance de trouver de meilleures conditions de travail et une meilleure rémunération.

Mille quatre cents personnes sont concernées par les licenciements chez Novartis en Suisse.

Mille quatre cents personnes sont concernées par les licenciements chez Novartis en Suisse.

AFP

La volonté de faire subir une cure d’amaigrissement était connue depuis des mois chez Novartis. Fin juin, c’est l’ampleur qui a été annoncée par le géant de la pharma dont le siège est à Bâle. On a alors appris que 1400 personnes étaient touchées en Suisse.

Le «Tages-Anzeiger» revient sur cette annonce et ses conséquences. Les suppressions massives concernent les postes administratifs et de marketing. Le groupe fusionne des secteurs et environ la moitié des réductions annoncées touchent les cadres. Les médicaments contre le cancer seront à l’avenir commercialisés avec les autres médicaments sous brevet soumis à ordonnance. En outre, les unités commerciales de production et d’administration fusionnent.

Les cadres privilégiés

Ainsi, ce ne sont pas seulement des postes simples qui disparaissent, mais aussi toute une série de postes de cadres moyens. Au total, Novartis veut supprimer 1400 postes en Suisse au cours des trois prochaines années, et 8000 dans le monde entier. 

Les employés des finances et de la comptabilité qui perdent leur emploi chez Novartis se retrouvent sur le marché du travail normal. En quittant la branche pharmaceutique, ils devraient s’attendre à une perte de salaire. Pour les cadres pharmaceutiques, c’est différent. Ce sont surtout eux qui sont recherchés dans la branche à Bâle. Pour les chasseurs de têtes, c’est une fête. Et pour les personnes visées, des opportunités en matière de salaire.

Chasseurs de têtes à la fête

Ainsi, depuis l’automne dernier, les chasseurs de têtes ont enregistré un nombre supérieur à la moyenne de cadres de Novartis qui se sont manifestés auprès d’eux parce qu’ils voulaient quitter le groupe. «Nous l’avons ressenti très tôt», déclare le chasseur de têtes Erik Wirz.

Pour de nombreux cadres de Novartis, la situation est bonne. S’ils quittent le groupe, ils devraient même obtenir un revenu plus élevé en cas de changement de poste forcé. Le montant exact dépend du profil de chacun. À noter qu’un plan social séparé sera négocié pour les cadres.

Belles opportunités

Ne manque plus aucune news

Grâce à la mise à jour quotidienne, tu restes informé·e sur tes thèmes préférés et tu ne rates plus aucune nouvelle sur l’actualité mondiale.
Reçois chaque jour l’essentiel en bref et directement dans ta boîte aux lettres.

(jbm)

Ton opinion

30 commentaires