APRÈS FAILLITE - L’iconique villa du «Parrain» et de «Bodyguard» est à vendre
Si cette propriété vous dit quelque chose, c’est que vous l’avez sans doute déjà aperçue dans des films hollywoodiens.

Si cette propriété vous dit quelque chose, c’est que vous l’avez sans doute déjà aperçue dans des films hollywoodiens.

Jim Bartsch
Publié

APRÈS FAILLITEL’iconique villa du «Parrain» et de «Bodyguard» est à vendre


Le domaine de Hearst a déjà servi de refuge pour la lune de miel de John et Jackie Kennedy et de lieu de tournage des vidéos de Beyoncé. Deux ans après la faillite de son propriétaire, il est aujourd’hui mis en vente.

par
Meret Steiger

C’est l’une des villas les plus célèbres de Californie. Et pour cause: c’est non seulement là qu’ont été tournées différentes scènes du «Parrain» et de «Bodyguard», mais la demeure a également une histoire mouvementée, ayant vu passer divers couples, été le témoin d’infidélités et ayant servi de décor à des clips vidéos. On doit sa construction au magnat de la presse et membre du Congrès, William Randolph Hearst. En 1917, ce dernier, alors âgé de 53 ans, avait une liaison avec l’actrice de 19 ans, Marion Davies, avec laquelle il a d’ailleurs emménagé dans la villa californienne de San Simeon quelques années plus tard.

Initialement baptisée «The Beverly House», la propriété a fait des apparitions dans plusieurs films, notamment dans «Le Parrain», «Bodyguard», mais également dans le film musical «Black is King» avec Beyoncé. En 1953, John et Jackie Kennedy y ont passé une partie de leur lune de miel – Jackie Kennedy était d’ailleurs tellement enchantée par la villa qu’elle a par la suite adressé à William Randolph Hearst une lettre de remerciement de quatre pages. Celle-ci a été encadrée et se trouve, aujourd’hui encore, dans le manoir. Plus tard, la propriété a également été utilisée comme centre de la campagne électorale présidentielle de Kennedy.

Une boîte de nuit privée

Le domaine de 14’000 m² se trouve derrière un portail en fer. Le chemin qui mène à l’immense villa passe devant la maison du gardien, qui compte cinq chambres. La bâtisse principale fait plus de 2700 m² et comprend neuf chambres à coucher et, comme il est de coutume aux États-Unis, de nombreuses salles de bains – avec 15 WC au total. Le salon, tout comme l’impressionnante bibliothèque à deux étages, ont de hauts plafonds, peints à la main.

Tout est opulence dans le domaine de Hearst. Ici, le salon avec 6,7 mètres de hauteur sous plafond.

Tout est opulence dans le domaine de Hearst. Ici, le salon avec 6,7 mètres de hauteur sous plafond.

Jim Bartsch
Le plafond est peint à  la main.

Le plafond est peint à la main.

Jim Bartsch
La bibliothèque sur deux étages est également fort impressionnante. Le motif du tapis est identique à celui du plafond.

La bibliothèque sur deux étages est également fort impressionnante. Le motif du tapis est identique à celui du plafond.

Jim Bartsch

La villa comprend également huit cheminées, dont l’une se trouve dans la salle de billard, où trône une table de billard datant de 1868 et dont il n’existe aujourd’hui plus que trois exemplaires au monde. Mais le point de mire est sans nul doute la boîte de nuit art déco, inspirée de l’ancien club de Hugh Hefner, le Touch.

Une capacité de 1000 personnes

Le domaine de Hearst a déjà été le lieu de fêtes somptueuses. Rien d’étonnant à cela, vu que le jardin entourant la piscine olympique peut accueillir jusqu’à 1000 personnes. S’ajoutent à cela plusieurs fontaines, des pergolas et un court de tennis. Si certains des nombreux invités souhaitent rester dormir, il y a également deux maisons d’hôtes sur le terrain, un pool house, ainsi que la maison du gardien à deux étages.

Vous avez bien lu: à côté de la bâtisse principale se trouvent également deux maisons d’hôtes, un pool house, ainsi que la maison du gardien.

Vous avez bien lu: à côté de la bâtisse principale se trouvent également deux maisons d’hôtes, un pool house, ainsi que la maison du gardien.

Jim Bartsch
Mais ce n’est pas tout: il y a de nombreux parterres de fleurs, des statues …

Mais ce n’est pas tout: il y a de nombreux parterres de fleurs, des statues …

Jim Bartsch
… et une fontaine, disséminés tout autour du domaine de Hearst.

… et une fontaine, disséminés tout autour du domaine de Hearst.

Jim Bartsch

Ces 40 dernières années, le domaine appartenait au financier et avocat Leonard M. Ross. Depuis que ce dernier a fait faillite en 2019, on a, à de multiples reprises, tenté de trouver un acheteur pour le domaine de Hearst, dont le prix était encore de 125 millions en août 2020. En avril de cette année, ce dernier a été revu à la baisse à un peu moins de 90 millions de dollars, avant de passer à 70 millions au mois de juin. Depuis, plusieurs offres ont été faites, sachant que le tribunal des faillites n’acceptait des offres qu’à partir de 47 millions de dollars. On espère toutefois que la vente aux enchères finale permettra d'obtenir un prix plus élevé pour cette fabuleuse propriété.

Ton opinion

0 commentaires