13.08.2020 à 06:57

Transports«L’idée de ne pas recevoir de reçu posera problème»

La potentielle disparition de toute forme de ticket de bus fait réagir, notamment les seniors.

de
Lucie Fehlbaum
Carte
Carte

La fonction sans contact sera privilégiée.

iStock

Les transports publics genevois se sont-ils projetés trop loin dans l’avenir en imaginant celui de leur réseau? En annonçant une potentielle disparition des tickets, ils ont en tout cas fait réagir. Car la régie publique n’ambitionne pas seulement de faire disparaître le billet papier. Sous réserve de la réalisation complète du projet testé actuellement, il n’y aura plus que la trace numérique d’un paiement effectué avec une carte bancaire ou prépayée. En cas de contrôle, la carte sera scannée par les contrôleurs. Ce concept, imaginé par les équipes informatiques des TPG, est conforme à la loi sur la protection des données (lire encadré).

Problème de vue

«L’idée de ne pas recevoir de quittance, de n’être en possession de rien du tout, va poser problème aux personnes âgées, assure Ueli Leuenberger, vice-président de l’association de défense des retraités AVIVO. C’est notre rôle associatif de leur apprendre à utiliser le digital. Mais j’aimerais que notre groupe rencontre les TPG pour que cette partie de la population ne soit pas exclue.» En outre, en plein soleil, l’écran sera-t-il déchiffrable en cas de vue altérée? «Les exigences formulées vis-à-vis des écrans tactiles extérieurs, dont le déploiement sur le réseau des tpg est envisagé, intègrent ce paramètre», assure François Mutter, porte-parole du transporteur. Ueli Leuenberger affirme n’avoir rien contre le projet technique. Cependant, «il faudra encore attendre un peu pour que les retraités appartiennent à une génération qui maîtrise la technologie».


Donner 2fr. à son enfant

Les enfants pourraient aussi être à la peine. L’achat d’un billet impliquera l’utilisation d’une carte bancaire ou d’une carte tpgPay – qui peut contenir entre 20 et 100fr. «Il n’y a plus cette simplicité de donner une pièce de 2fr. à son enfant, c’est tout de suite une somme», confie Elise, une maman. Par ailleurs, cette méthode poussera les parents à sensibiliser leur progéniture au paiement par carte. «J’appréhende le moment où il faudra leur expliquer que l’argent diminue même si la carte ne rapetisse pas, s’inquiète un papa de deux fillettes. Et que ce bout de plastique n’est pas un jouet.» Anne Thorel Ruegsegger, secrétaire générale de la fédération des associations de parents Fapéo, nuance. «Certains enfants doivent se débrouiller seuls et sont rapidement amenés à utiliser des cartes de débit. Il faut toutefois être vigilant car la compréhension de la dépense n’est pas la même qu’avec de la monnaie.» À noter que les parents qui souhaitent acheter deux billets pourront toujours le faire. Le système contrôlera bien l’achat de deux titres de transport.

Pas de collecte des données personnelles

L’idée de voir sa carte bancaire scannée par les contrôleurs a fait bondir certains lecteurs sur notre site. Or, la technologie qui serait utilisée, si le projet se réalise, n’enregistrerait rien du tout. C’est la trace numérique laissée par le paiement qui serait repérée par les agents TPG et prouverait qu’un ticket a bien été acheté. Le préposé cantonal à la protection des données a été consulté pour l’ensemble du projet de l’abribus connecté. La question du paiement n’a pas fait l’objet de discussion, puisque le système évite toute collecte. «La carte tpgPay et les cartes bancaires classiques sont déjà utilisées sur nos modules de paiement sans contact, dans nos agences et sur les distributeurs embarqués dans nos véhicules. Utilisée au quotidien, cette technologie a déjà fait l’objet d’une approbation», indique François Mutter, porte-parole des TPG.

Economies et écologie

En cessant l’impression de billets papier, les TPG réaliseraient un double but écologique et économique. Le second, en se passant notamment du relevé des caisses sur l'ensemble du parc (près de 600 distributeurs) et du changement des rouleaux pour l'impression des tickets. Le service dédié à la maintenance des machines sera formé et intégré aux équipes du passage au digital. Il continuera d’intervenir, mais avec des outils numériques.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
309 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Liberté

14.08.2020 à 21:10

Je trouve plus qu'hallucinant le fait de supprimer les tickets. Tout le monde n'a pas la chance ou l'argents pour s'acheter un smartphone, même certains jeunes! Avez-vous pris en compte également les personnes qui ont une situation financière précaire... ? J’en doute fortement ! De plus, il y a les enfants - hé oui, sa arrive que les parents ne puissent pas les accompagner à l'école le temps d'un arrêt ou deux de bus - Et les personnes avec handicap mental, on en parle..!? Oui, ces personnes qui dérangent pas mal de monde, lesquelles ne savent pas comment faire avec votre innovant système... Être à l'ère du temps oui, cependant pensez un peu plus aux autres, mince!

Ex usager

14.08.2020 à 16:07

Et voilà , encore une fois ce matin dans le tram , deux masques portés sous le menton et un carrément inexistant , alors cette fois c'est stop avec les TPG , je ne vais pas m'enguirlander avec ces personnes avec le risque de pandémie et me faire traiter de raciste ; alors je préfère reprendre ma voiture . (Merci les controleurs)

MaViePrivée

13.08.2020 à 10:57

T’as pas deux balles ? Donc en gros pas de smartphone pas de transport public ? Ben les communistes ne feraient pas mieux