Israël: Lieberman refuse de soutenir Netanyahu ou Gantz
Actualisé

IsraëlLieberman refuse de soutenir Netanyahu ou Gantz

Avigdor Lieberman, à la tête d'un parti non aligné dont le soutien peut être essentiel à la formation d'une coalition en Israël, affiche sa position.

Avigdor Lieberman: «J'ai fait tout ce qui est en mon pouvoir pour parvenir à un gouvernement d'union (...)»

Avigdor Lieberman: «J'ai fait tout ce qui est en mon pouvoir pour parvenir à un gouvernement d'union (...)»

AFP

Le dirigeant nationaliste israélien Avigdor Lieberman a affirmé mercredi ne soutenir ni Benjamin Netanyahu ni son rival Benny Gantz pour former un gouvernement. Il dénonce «un manque de leadership» des deux hommes.

«Dans l'état actuel des choses nous sommes en route pour de nouvelles élections», a déclaré le chef de la formation nationaliste laïque Israël Beiteinou, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, alors que Benny Gantz n'a plu que quelques heures pour former un gouvernement.

«Je refuse de soutenir un gouvernement minoritaire (Benny Gantz soutenu par les partis arabes) ou étroit (Netanyahu et son bloc de droite et religieux)», a déclaré Avigdor Lieberman mercredi. Il a reproché à Benjamin Netanyahu de ne pas abandonner ses alliés des partis juifs ultra-orthodoxes pour former une coalition.

Avigdor Lieberman assure avoir «fait tout ce qui est en (son) pouvoir pour parvenir à un gouvernement d'union (...) Si nous sommes traînés vers des élections ce sera à cause d'un manque de leadership», a-t-il martelé à l'endroit de MM. Netanyahu et Gantz.

Pas de vainqueur clair

Les élections législatives de septembre n'avaient pas réussi à départager clairement MM. Netanyahu et Gantz, qui n'avaient pas les appuis nécessaires, avec leurs alliés respectifs, pour revendiquer une majorité parlementaire.

Le président Reuven Rivlin avait au début mandaté Benjamin Netanyahu, au pouvoir depuis 2009, pour former un gouvernement. Mais le premier ministre sortant, à la tête d'un bloc de droite et religieux comptant au total 54 députés, n'est pas parvenu à rallier suffisamment de voix pour atteindre les 61 appuis, seuil de la majorité au Parlement.

Le président s'est donc tourné vers Benny Gantz, confronté à une mission que plusieurs jugent impossible, pour éviter une troisième élection en moins d'un an. Ce dernier a jusqu'à 23h59 (22h59 suisses) mercredi pour parvenir à former un gouvernement de coalition. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion