Tunisiens arrêtés au Tessin: Lien avec le tueur de Marseille confirmé
Actualisé

Tunisiens arrêtés au TessinLien avec le tueur de Marseille confirmé

Le couple arrêté dimanche à Chiasso, dont l'homme est le frère de l'auteur présumé de l'attentat de Marseille, sera expulsé de Suisse.

(Image prétexte) L'expulsion du couple a été ordonnée mardi par fedpol sur la base de la loi sur les étrangers. (Mardi 10 octobre 2017)

(Image prétexte) L'expulsion du couple a été ordonnée mardi par fedpol sur la base de la loi sur les étrangers. (Mardi 10 octobre 2017)

Les deux personnes arrêtées dimanche soir au centre d'enregistrement de Chiasso (TI) pour menace sur la sécurité intérieure de la Suisse seront expulsées vers la Tunisie. Il s'agit d'un couple, dont l'homme est un frère de l'auteur présumé de l'attentat de Marseille, a annoncé fedpol mardi.

Implication pas claire

Il est connu des services de police étrangers pour ses liens avec la mouvance terroriste djihadiste, lit-on sur le site de l'Office fédéral de la police (fedpol). Toutefois, à ce stade, son éventuelle implication dans l'attentat de Marseille n'est pas claire.

Mesure de police administrative, l'expulsion du couple a été décidée sur la base de la loi sur les étrangers. L'article 68 de la loi stipule que fedpol peut, «après avoir consulté le Service de renseignement de la Confédération, expulser un étranger pour maintenir la sécurité intérieure ou extérieure de la Suisse».

Obsèques des jeunes filles tuées à Marseille

Une cérémonie religieuse a eu lieu ce jeudi pour les deux jeunes femmes assassinées dimanche à la gare Saint-Charles, à Marseille.

Fratrie de suspects

Citant une source proche de l'enquête, l'agence Reuters a écrit mardi que l'homme interpellé à Chiasso est Anouar Hannachi, frère d'Ahmed Hannachi, l'auteur des attaques de Marseille qui ont coûté la vie à deux femmes le 1er octobre.

Un autre membre de la fratrie, Anis, a récemment été arrêté à Ferrare, dans le nord de l'Italie, ajoute Reuters. Ancien combattant de l'Etat islamique en Syrie, il serait à l'origine de la radicalisation de son frère Ahmed.

Dimanche 1er octobre, deux femmes ont été tuées à l'arme blanche à la gare principale de Marseille. Selon des témoins, l'assaillant a crié «Allah Akbar» avant d'être abattu par des militaires. L'Etat islamique a revendiqué ces attaques. Le Parquet de Marseille et le Parquet antiterroriste de Paris sont en charge de l'enquête. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion