Genève: Ligoté et mutilé dans les bois de Genthod

Actualisé

GenèveLigoté et mutilé dans les bois de Genthod

Un promeneur a découvert samedi matin un individu dans des sacs poubelles, ligoté et lacéré de coups de couteau. La théorie d'un réglement de compte lié au milieu de la drogue est privilégiée.

par
Raphaël Leroy

«Il attendait sa mort. Sans ma venue dans ce bois, il n'aurait eu aucune chance.» Cet habitant de Genthod, dans la campagne genevoise, est toujours sous le choc. Samedi matin vers 9h, alors qu'il promenait son chien dans la forêt près de la route des Fayards, il tombe sur un sac poubelle un peu étrange.

Des mains qui sortent d'un sac

«Au début, je pensais qu'il s'agissait d'un reste de détritus, explique ce retraité. Mais dès que j'ai vu des mains ligotées sortir du sac, j'ai déchanté.» Sans même lui adresser un mot, ni lui enlever son sac sur la tête, l'homme détache le malheureux. «Là, il m'a demandé une cigarette, raconte-t-il encore ahuri. Comme il avait la tête mutilée et pleine de sang, je lui ai proposé d'aller chez moi.»

Arrivée sur place, la police prend en charge cet Albanais de 22 ans et l'achemine à l'hôpital. La victime souffre de nombreuses coupures. Ses pieds notamment sont lacérés de deux coups de couteau au niveau des orteils. L'individu sortira de l'hôpital dimanche avant de s'évaporer dans la nature.

La piste du différend lié aux stupéfiants privilégiée

Selon un rapport de police que nous nous sommes procurés, la victime explique être arrivé à Genève le vendredi soir en provenance d'Annemasse (F). Vers 22h, l'homme se serait fait enlevé par deux malfrats au volant d'un véhicule sombre immatriculé en Suisse. Arrivé dans le bois, il aurait été frappé, ligoté et laissé pour mort pendant la nuit. Mobile avancé par le malheureux: un simple vol de porte-monnaie contenant 1000 fr.

Une version qui ne convainc pas la police. «L'hypothèse prioritaire est celle du milieu de la drogue», indique Patrick Puhl, porte-parole de la police. Le marché de l'héroïne est notamment visé puisque les Albanais y sont très actifs et que, selon nos informations, les bois de Genthod ont déjà servi de «planque» pour la drogue. Sur place, les chiens de la police n'ont toutefois trouvé aucune trace de stupéfiants.

Crainte du retraité sur fond d'omerta

A ce jour, la victime n'a toujours pas porté plainte pour séquestration et enlèvement. «Rien de plus naturel, relève ce policier. Avec ce genre de réseau mafieux structuré et organisé, c'est l'omerta qui prédomine. Mais il est vrai que ce modus operandi reste une première dans le canton.»

Le retraité de Genthod, lui, avoue ne plus oser se promener seul dans le bois. «Il y a des assassins qui sont passés par là. Ca m'inquiète.»

Une enquête est en cours.

Ton opinion