Ligue des Champions: Lyon revient de nulle part!
Actualisé

Ligue des Champions: Lyon revient de nulle part!

Battus 3-0 lors des deux premiers matches, les Français ont finalement arraché leur qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions.

Ils ont obtenu le droit de poursuivre l'aventure à la faveur de leur succès 3-0 à Glasgow face aux Rangers grâce à un but de Govou (16e) et un doublé de Benzema (85e et 88e).

Lyon est désormais la cinquième formation à passer le cap des rencontres de poules après avoir perdu ses deux premiers matches. En battant deux fois le VfB Stuttgart et en obtenu le nul devant le FC Barcelone, les Lyonnais avaient pu disputer cette «finale» à Glasgow. Ils l'ont gagnée la plus logiquement du monde même si le rush désespéré des Rangers après la pause aurait pu tout remettre en question.

Pied au plancher

Lyon a attaqué ce match pied au plancher. Après un incroyable raté de Govou sur un «caviar» de Juninho à la 4e, un coup-franc de ce même Juninho à la 10e, les Lyonnais trouvaient l'ouverture à la 16e sur une action conduite par ses trois attaquants issus de son centre de formation: Ben Arfa ouvrait dans la profondeur pour Benzema dont le centre était dévié plein axe par le gardien McGregor pour le plus grand bonheur de Govou.

Si l'on excepte une frappe de Whittakker repoussée des poings par Vercoutre, les Rangers n'ont pratiquement pas existé en première mi-temps. Avec un Juninho particulièrement inspiré pour son 50e match en Ligue des Champions et un Benzema souvent irrésistible, Alain Perrin pouvait, il est vrai, compter sur deux joueurs d'exception dans son effectif. Le demi et l'avant-centre ont donné le bon ton. A la 36e, les deux hommes conjugaient ainsi une action qui aurait dû permettre à Lyon de «tuer» le match. Seulement Benzema ne pouvait cadrer sa frappe.

Le changement de décor était flagrant à la reprise. Dans l'incapacité de tenir aussi bien le ballon que lors de la première période, les Lyonnais étaient vraiment bousculés par les Ecossais. A la 50e, Vercoutre était abusé par un centre du latéral Hutton qui était finalement détourné par Squillaci. Ce fut, fort heureusement pour les Champions de France, la seule hésitation de la soirée de la doublure de Coupet.

Bousculé, Lyon demeurait toutefois dangereux avec, bien sûr, le duo Juninho-Benzema. Ainsi à la 47e, le Brésilien armait un coup-franc sur la transversale de McGregor. Mais c'est bien la peur qui prédominait dans le camp lyonnais en cette fin de match. Avec les remplacements de Ben Arfa (68e) et de Govou (77e) par Bodmer et Réveillère, Alain Perrin ne faisait plus mystère de ses intentions. L'heure était venue d'aller au combat.

Le raté de Darcheville

Les dernières minutes étaient interdites aux cardiaques. A la 79e, Benzema partait seul au but mais ratait le 2-0. Sur la contre-attaque, c'est Darcheville qui galvaudait, à 1m50 de la cage, une occasion incroyable. Le Guyanais frappait sur le haut de la transversale alors que le but lui était grand ouvert.

Le peuple des Rangers se demandera encore longtemps comment Darcheville a pu manquer l'égalisation qui aurait propulsé ses favoris en huitième de finale. C'est finalement Benzema, sur un coup-franc de Grosso, qui surgissait pour inscrire enfin le 2-0 à la 85e avant de parachever son oeuvre à la 88e pour le 3-0. On rappellera que ce joueur n'a pas encore 20 ans !

Le FC Barcelone a terminé en beauté ce premier tour. Au Camp Nou, les Catalans ont battu le VfB Stuttgart 3-1. Sans Messi et Henry, Barcelone a marqué par Giovani, Eto'o et Ronaldinho. Le Brésilien semble retrouver un niveau de jeu décent. Ludovic Magnin n'a pas foulé la pelouse du Camp Nou. Il est resté tout le match assis sur le banc, barré par l'Ivoirien Boka. (ats)

Ton opinion