Actualisé 22.10.2010 à 21:07

FranceLiliane Bettencourt n'ira pas chez le juge

La milliardaire française Liliane Bettencourt a fait savoir qu'elle ne se rendrait pas devant la justice, même si elle est prête à batailler contre sa fille.

Liliane Bettencourt et sa fille.

Liliane Bettencourt et sa fille.

L'héritière des cosmétiques L'Oréal Liliane Bettencourt s'est dite vendredi «prête à la bagarre» avec sa fille qui a fait récemment une troisième demande de mise sous tutelle de la milliardaire et, selon son avocat, elle ne se rendra pas à une convocation de la justice. «Si je ne peux pas faire autrement, oui, je suis prête à la bagarre. Elle ne me ménage pas», a déclaré la femme la plus riche de France sur la radio privée Europe 1.

Liliane Bettencourt a porté plainte cette semaine pour «violences morales» contre sa fille, Françoise Meyers-Bettencourt auprès du parquet de Nanterre (près de Paris).

Mme Meyers-Bettencourt estime que sa mère de 88 ans est psychologiquement diminuée au point de dilapider sa fortune (qui s'élève aux environs de 17 milliards d'euros) et d'être financièrement abusée.

Elle accuse le photographe mondain François-Marie Banier d'avoir abusé de la faiblesse de sa mère pour obtenir près d'un milliard d'euros de dons en assurances-vie et en tableaux dans les années 1990 et 2000. Deux précédentes demandes de mise sous tutelle ont déjà été repoussées en raison de l'absence d'expertise médicale.

Bettencourt ne se rendra pas aux convocations

La juge Isabelle Prévost-Desprez, en charge de ce dossier familial sur lequel elle mène un supplément d'information, a «lancé des convocations» pour entendre Liliane Bettencourt, mais cette dernière «n'a pas l'intention de s'y rendre», a de son côté indiqué à l'AFP son avocat, Me Georges Kiejman.

La juge «offrait quatre dates» et «Mme Bettencourt a fait répondre par mon intermédiaire qu'elle n'irait à aucune de ces dates, pour des questions de principe», a ajouté Me Kiejman.

Cette affaire avait brusquement débordé du cadre familial en juin, au moment de la révélation dans la presse d'écoutes pirates réalisées au domicile de Liliane Bettencourt et visant à démontrer sa fragilité psychologique.

Mis en cause dans ces écoutes, le ministre français du Travail Eric Woerth, pilier du gouvernement du président Nicolas Sarkozy, doit depuis se défendre d'accusations de conflit d'intérêts et de financement politique illégal.

Le procureur de Nanterre (près de Paris) Philippe Courroye, en charge de ce dernier dossier, a pour sa part annoncé vendredi à l'AFP avoir ordonné des investigations pour «violation du secret de l'enquête», susceptibles de mettre en cause la juge Isabelle Prévost-Desprez avec il entretient des relations notoirement mauvaises. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!