SCH: «L’image est au service de la musique et vice versa»
Publié

SCH«L’image est au service de la musique et vice versa»

SCH était attendu avec «JVLIVS II», deuxième partie d’une trilogie d’albums. Le Français ne déçoit pas et fait un carton.

par
Fabien Eckert
À 27 ans, Julien Schwarzer au civil est en train de devenir un des poids lourds du rap francophone.

À 27 ans, Julien Schwarzer au civil est en train de devenir un des poids lourds du rap francophone.

Fifou

C’est vite vu, ce cinquième disque du rappeur marseillais a fait presque aussi bien que celui de Justin Bieber. À sa sortie, le vendredi 19 mars 2021, il était le deuxième album le plus écouté du monde sur Spotify derrière celui du Canadien. En France, SCH a même placé 16 titres de «JVLIVS II» parmi les 20 morceaux les plus écoutés du pays. Fou!

Avant de publier ce deuxième tome, vous avez sorti «Rooftop» (2019), un album différent de la trilogie. Pourquoi?

J’avais besoin d’aller dans un autre univers que celui de «JVLIVS» et de faire de la musique plus simplement. La trilogie est complexe avec une histoire et des fils conducteurs à suivre. Sur celui-ci, c’est la voix française d’Al Pacino. Elle lie les titres entre eux en plus d’être une voix mythique et charismatique du cinéma.

Le cinéma justement est une influence.

Oui. L’image est au service de la musique et vice versa. Sur ce disque, c’était un challenge de poursuivre l’histoire de mon personnage de mafieux.

D’ailleurs comment a-t-il évolué?

Sur le tome I, je le présentais en parrain de la pègre dans des manoirs italiens en manteau de fourrure. Là, j’ai voulu montrer ce qu’il fait dans la vie, son côté exécutif. C’est pour ça qu’il est en costard sur le port de Marseille et pas en vison. Il est aussi moins mystique et plus humain.

Niveau son, vous avez travaillé avec de vrais instruments, des cordes ou du piano.

Oui. Globalement, je trouve bénéfique pour le mouvement urbain d’essayer de revenir à l’analogique, de toucher des choses plus orchestrales. En ce qui me concerne, la part instrumentale a une très grande place sur l’album. J’en avais besoin pour donner à «JVLIVS II» ce côté bande originale de film. 

«JVLIVS III», vous y pensez déjà?

J’y pense et je sais déjà à quoi il va ressembler dans les grandes lignes. Je me gratte la tête pour savoir où je vais faire aller mon personnage. Ce que je peux dire, c’est que je connais déjà la finalité.

Ah bon? Votre personnage va mourir alors, comme de nombreux gangsters?

Alors ça, pour ne pas spoiler, on va éviter le sujet! (rire) On peut toujours avoir des surprises. Tout vient à point pour qui sait attendre.

Ton opinion