Suisse - «L’impact social du Covid-19 devient très préoccupant»
Publié

Suisse«L’impact social du Covid-19 devient très préoccupant»

L’épidémiologiste Marcel Salathé, ex-membre de la task force coronavirus de la Confédération, craint que la pandémie ne divise la société. Il prône des mesures plus proportionnées.

Marcel Salathé.

Marcel Salathé.

Raphael Moser / Tamedia AG

À la veille du 1er Août, les journaux de Tamedia ont interviewé l’épidémiologiste Marcel Salathé concernant la situation actuelle face à la pandémie. «J’ai le sentiment qu’il devient de plus en plus difficile pour nous d’accepter les mesures», déclare l’ancien membre du groupe de travail fédéral sur le coronavirus. La patience de nombreuses personnes est peut-être à bout. «Nous avons maintenant pratiquement atteint un point où des mesures trop restrictives ne sont plus proportionnées», conclut-il.

Certains pays d’Europe s’orientent vers la fin des mesures. Or le conseiller fédéral Alain Berset a annoncé qu’il n’y aura pas de nouveaux assouplissements pour l’instant en Suisse. En tant que citoyen, l’épidémiologiste ne soutient pas le Certificat Covid s’il apparaît comme une intervention étatique. «Cela fait maintenant dix-huit mois que nous parlons de responsabilité personnelle. Et maintenant, on veut des contrôles d’entrées basés sur l’immunité imposés par l’État?»

Un sujet tabou

Certes, les personnes âgées et les enfants, qui ne sont pas encore immunisés contre le virus, sont particulièrement vulnérables. Il est possible que ces groupes de personnes poussent une nouvelle fois le système de santé au bord du gouffre. Cependant, 1000 cas de coronavirus qui surviennent aujourd’hui doivent être évalués autrement qu’il y a un an.

Marcel Salathé ajoute que les dégâts provoqués par la pandémie dans les relations sociales entre individus sont désormais tout aussi préoccupants que les conséquences sanitaires. Des amitiés se brisent. Des familles se déchirent et le climat politique devient de plus en plus toxique. Or il semble être en ce moment beaucoup plus difficile de s’entendre de nouveau après une discussion. «Les gens n’osent plus parler de vaccination!» lance-t-il.

(mur/jbm)

Ton opinion

548 commentaires