Votations du 7 mars: L’initiative contre le voile séduit une large majorité des Suisses
Publié

Votations du 7 marsL’initiative contre le voile séduit une large majorité des Suisses

L’initiative populaire «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» est actuellement soutenue par 63% des votants, révèle un sondage «20 minutes»/Tamedia. L’approbation est particulièrement élevée au Tessin avec 71% de «oui».

par
ofu
Getty Images

Les prochaines votations fédérales ont été fixées au 7 mars. Le peuple devra s’exprimer sur trois objets: l’initiative populaire «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage», connue comme l’initiative antiburqa; la loi sur les services d’identification électronique; et l’accord de partenariat économique avec l’Indonésie.

Selon la première vague du sondage «20 minutes»/Tamedia, 63% des Suisses soutiennent actuellement l’initiative antiburqa; 35% la rejettent. Sans grande surprise, le texte est approuvé par une large majorité des sympathisants de l’UDC (93%). Les électeurs du PDC (63%) et du PLR (72%) soutiennent eux aussi l’initiative. La gauche, elle, s’y oppose. Un coup d’œil sur les régions linguistiques montre que l’approbation est plus grande au Tessin (71% de «oui») qu’en Suisse romande (66% de «oui») et qu’en Suisse alémanique (60% de «oui»).

Datawrapper.de

Pour les sympathisants du texte, l’argument le plus convaincant est celui selon lequel le voile intégral est l’expression d’un islam radical et qu’il n’a rien à faire dans notre culture (40%). Les opposants à l’initiative, eux, estiment que l’État ne devrait pas se mêler des choix vestimentaires des personnes privées (41%) et que le voile intégral n’est que très rarement porté en Suisse (44%).

Le texte «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» a été lancé par le Comité d’Egerkingen, également à l’origine de l’initiative antiminarets. Il veut interdire toute forme de dissimulation du visage dans l’espace public. Le texte vise notamment les femmes portant la burqa ou le niqab. Selon les auteurs, ces voiles symbolisent l’oppression de la femme. Le texte prévoit néanmoins des exceptions, notamment pour les lieux de culte. L’initiative vise également toute personne se dissimulant le visage dans l’intention de commettre des infractions. Le Conseil fédéral trouve que l’initiative va trop loin. Il estime que chaque canton doit pouvoir décider lui-même s’il souhaite instaurer ou non une telle interdiction sur son territoire, comme c’est le cas actuellement.

Identité électronique: issue incertaine

Le résultat s’annonce bien plus serré pour la loi sur les services d’identification électronique. Selon le sondage en ligne, le camp du «oui» s’élève actuellement à 45%, celui du «non» à 47%. 8% des Suisses ne savent pas encore comment voter. Les sympathisants du PDC (52% de «oui»), du PLR (59% de «oui») et des Vert’libéraux (60% de «oui») soutiennent la loi. Ceux des Verts (54% de «non»), du PS (53% de «non») et de l’UDC (52% de «non») la rejettent.

Datawrapper.de

Pour rappel: le Conseil fédéral et le Parlement ont élaboré une loi souhaitant créer une carte d’identité officielle et unique afin d’accéder à de multiples services sur internet, comme le commerce en ligne ou des prestations administratives. Un référendum a été lancé contre cette loi. Le comité référendaire s’oppose en particulier au fait que ce système d’identification serait géré par des tiers (plutôt que par l’État, comme c’est le cas pour le passeport ou la carte d’identité), ce qui implique un risque d’utilisation abusive des données. Le Conseil fédéral et le Parlement défendent leur projet en affirmant que la Confédération reste seule garante du système, même si sa réalisation technique est effectivement confiée à des tiers (entreprises, cantons, communes).

Accord de partenariat économique avec l’Indonésie: l’indécision règne

Pour finir, l’issue de l’accord de partenariat économique avec l’Indonésie est elle aussi totalement incertaine. Un cinquième de la population (20%) ne sait pas encore comment voter le 7 mars prochain. Seuls 41% soutiennent l’accord et 39% s’y opposent. Le sondage révèle de grosses disparités entre hommes et femmes: le texte est approuvé par 52% des Suisses contre seulement 32% des Suissesses. Ces résultats sont néanmoins à prendre avec des pincettes puisque le taux d’indécis est très élevé dans les deux camps: 12% chez les hommes et 27% chez les femmes.

Datawrapper.de

La Suisse a récemment négocié un accord avec l’Indonésie avec pour objectif de réduire les droits de douane et les obstacles au commerce en facilitant les échanges import/export entre les deux pays. Un référendum a été lancé contre cet accord. Les opposants n’approuvent pas la réduction prévue des droits de douane sur l’huile de palme. Le comité référendaire est d’avis que les contrôles et les sanctions prévus seront inefficaces. Il estime qu’on ne peut pas se fier au gouvernement indonésien et que l’huile de palme produite à bas coût est dommageable pour l’écosystème indonésien, sans compter qu’elle fait concurrence aux produits suisses que sont l’huile de colza, l’huile de tournesol ou le beurre.

Quelques informations sur le sondage

La 1re vague du sondage en ligne a été réalisée entre le 18 et le 19 janvier sur les sites des différents titres de Tamedia. Pas moins de 15’089 personnes issues de toute la Suisse y ont participé. Les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen ont pondéré les réponses en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques afin de correspondre le plus étroitement possible à la structure de la population suisse. La marge derreur est de 1,3%.

Ton opinion