Actualisé 24.06.2013 à 09:32

Emploi

LinkedIn ne fait pas le job contre les harceleurs

Une pétition en ligne fait pression sur le réseau social pour qu'il ajoute une option de blocage de visiteurs indésirables.

de
laf

La suppression d'un contact indésirable n'est qu'une formalité sur les réseaux sociaux, à l'exception de LinkedIn, la plateforme dédiée aux relations professionnelles. Anna R. en a fait l'amère expérience. Contrainte de quitter son emploi à cause d'un patron indélicat, elle se voit désormais harcelée sur les réseaux sociaux. Si elle a réussi à s'en débarrasser sur Facebook et Twitter grâce aux options de blocages disponibles, ce n'est pas le cas sur LinkedIn où elle reçoit quotidiennement des alertes l'informant que son prédateur a consulté son profil. La jeune femme de 24 ans a choisi de ne pas en rester là. Elle a demandé au réseau social de faire quelque chose pour les personnes dans son cas. On s'est alors contenté de lui répondre qu'il fallait absolument une décision judiciaire pour bloquer un utilisateur indésirable. «Je suis restée bouche bée. Je me suis demandé si c'était une plaisanterie», explique-t-elle sur le site Buzzfeed.com.

Pétition en ligne

Anna R. s'est alors tournée vers le net pour mobiliser les gens dans son cas et faire pression sur LinkedIn. Sa pétition en ligne sur Change.org demandant à LinkedIn d'améliorer ses paramètres de confidentialité compte plus de 5000 signataires. D'autres victimes y relatent du reste des calvaires similaires. «Je suis constamment harcelées par une personne qui continue de créer de faux comptes pour voir où je me trouve, témoigne Nastassja J. Comme d'autres, j'ai déjà masqué tous mes détails, mais je suis maintenant en quête d'un emploi et voudrais rendre publiques certains faits». La seule façon de se protéger contre un harceleur sur LinkedIn reste paradoxalement d'entraver ses chances de trouver un emploi, la raison principale de l'utilisation du réseau.

LinkedIn insensible

«LinkedIn propose un grand nombre de paramétrages modulables qui donnent à nos membres un contrôle total sur ce qui est visible à leurs contacts, leur réseau plus large. Nous n'avons pas à l'heure actuelle une fonctionnalité de blocage unique. Nous évaluerons la nécessité d'en ajouter s'il devenait évident qu'il y a un besoin», a commenté le réseau social.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!