Football - Lionel Messi «n’a jamais cherché à être le meilleur»
Publié

FootballLionel Messi «n’a jamais cherché à être le meilleur»

Le génie argentin s’est longuement confié à «France Football» après s’être vu attribuer, lundi, le septième Ballon d’or de sa carrière.

par
Jérémy Santallo
Lionel Messi lors de la cérémonie lundi soir au Théâtre du Châtelet à Paris.

Lionel Messi lors de la cérémonie lundi soir au Théâtre du Châtelet à Paris.

AFP

En compagnie de sa femme et ses enfants, avec qui il affirme ressentir une «liberté absolue», Lionel Messi a longuement reçu, chez lui à Paris, une délégation de «France Football» en marge de l’attribution de son 7e Ballon d’or, qu’il s’est vu décerner en début de semaine. Aujourd’hui âgé de 34 ans, le gamin de Rosario devance désormais de deux unités son grand rival depuis le début de sa carrière, Cristiano Ronaldo – 6e lundi –, qui ne le rattrapera sans doute jamais. L’occasion de revenir sur l’immense duel que se sont livré les deux monstres.

«J’ai toujours voulu me surpasser et non pas regarder ce que pouvaient faire les autres», a répondu «La Pulga» à une question sur ses nombreux buts qui tombaient souvent les lendemains de ceux de «CR7» lorsque les deux joueurs évoluaient au même moment en Espagne. «Avec Cristiano, on a entretenu une concurrence pendant des années au sein du même championnat. Cela a été merveilleux et ça nous a servis à tous les deux pour continuer à grandir dans nos carrières respectives. Mais sans forcément avoir un œil l’un sur l’autre. Je souhaitais juste me surpasser pour être le meilleur dans l’absolu et non pour être meilleur que l’autre.»

Lionel Messi ne dira jamais qu’il est plus grand. Du moins pas ouvertement. Mais la question est légitime. «Je ne l’ai jamais dit, pensé, ni même essayé de me faire à cette idée. Pour moi, le seul fait de pouvoir être considéré ou cité comme l’un des meilleurs joueurs du monde, c’est plus que suffisant, a-t-il dit à Florent Torchut. C’est quelque chose que, jamais, je n’aurais osé imaginer ou rêver. Mais… Je ne sais pas comment le dire pour que ce ne soit pas mal interprété… Ce n’est pas que ça ne m’intéresse pas, mais, disons, que je n’accorde pas tellement d’importance à tout ça. Ça ne change rien pour moi d’être le meilleur ou non. Et je n’ai jamais cherché à l’être.»

Mauvais perdant, capable de se murer dans le silence pendant des heures après une défaite avant la naissance de ses enfants, le No 30 du PSG – il a laissé le 10 à Neymar – ne veut pas parler de lui comme d’un modèle. «Je me suis battu pour mes rêves. Au début, c’était d’être joueur professionnel, puis, j’ai essayé de me surpasser et d’atteindre chaque année de nouveaux objectifs. Au milieu de tout cela, il y a également une part de chance. Cela dépend aussi de Dieu, et je crois qu’il a choisi qu’il m’arrive tout ça.»

L’intégralité de l’interview de Lionel Messi est à retrouver ici.

Le vote suisse

Si Lionel Messi a surtout fait la différence en Amérique du Nord et en Asie, et grâce à un plus grand nombre de premières places, sur Robert Lewandowski, il ne figure pas dans le top 5 du seul représentant suisse qui a voté pour ce Ballon d’or. Journaliste à la Radio Télévision Suisse (RTS), Christophe Cerf a mis, dans l’ordre: Jorginho (Chelsea), Benzema (Real Madrid), Chiellini (Juventus), Lewandowski (Bayern Munich) et De Bruyne (Manchester City).

Ton opinion

39 commentaires