Actualisé 26.07.2012 à 08:01

Europa League

Lionel Pizzinat n'orchestre pas que le jeu

Seul membre du contingent genevois à travailler à côté de son sport, le capitaine des «grenat» a organisé le déplacement du Servette FC à Erevan. Cette rencontre est à suivre en direct sur notre site, dès 17h.

de
Jean-Philippe Pressl-Wenger, Erevan
Le milieu de terrain est plutôt polyvalent.

Le milieu de terrain est plutôt polyvalent.

Les Genevois affrontent ce soir (17 h) l'équipe de Gandzasar Kapan, dans le cadre du match retour du 2e tour qualificatif de l'Europa League (aller 2-0). Le périple vers la capitale arménienne s'est bien passé, notamment grâce au concours de Lionel Pizzinat.

«Je travaille dans une agence de voyages depuis que je suis revenu au club en 2006, a expliqué le milieu de terrain, titulaire d'une maturité commerciale. Le club s'est ensuite professionnalisé, mais j'ai gardé mon poste. Cela ne m'a pas titillé de me remettre à 100% dans le foot une fois la promotion en Super League acquise. Je suis bien rôdé. Mon travail m'apporte un équilibre et en revenant en arrière, je ressentirais sûrement un vide. Même si, aujourd'hui, mes journées sont plutôt bien remplies.»

Sa polyvalence reste un atout important. Que ce soit sur le terrain ou en dehors. Pizzinat a aussi rappelé qu'un travail à temps partiel empêche de gamberger. «Lorsque l'on est pro, on ne réalise pas toujours la chance que l'on a», a regretté l'emblématique Servettien­.

En cas de qualification pour le tour suivant, le SFC se déplacerait soit en Norvège (Rosenborg), soit au Kazakhstan (Odabasy Shymkent). «On est sur le coup! Mais on doit d'abord passer ce tour. Que ce soit la Norvège ou le Kazakh­stan, c'est compliqué de trouver des vols de ligne à cette période, surtout pour un groupe comme le nôtre.»

Joao Alves: "Se créer beaucoup d'occasions

"Il faudra que l’on joue comme d’habitude, avec la même solidité démontrée en début de saison. Chaque fois que nous avons le ballon, notre objectif ne doit être que le but adverse. Et je suis persuadé que nos problèmes de concrétisation vont se régler d’eux-mêmes. Ce qui compte pour l’instant, c'est de continuer à se créer beaucoup d’occasions. Le fond de jeu est là. La roue va tourner, c’est sûr. C’est aussi ça le football. La bonne qualité de la pelouse devrait nous avantager. Notre contingent est réduit en raison des blessures, mais si nous sommes capables de marquer vite, je ferai tourner l’effectif."

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!