Transport aérien: Liquides à bord des avions toujours interdits
Actualisé

Transport aérienLiquides à bord des avions toujours interdits

La Commission européenne a décidé de reporter à une date ultérieure la fin de l'interdiction des liquides à bord des avions qui devait entrer en vigueur le vendredi 29 avril.

«Aujourd'hui (vendredi), le vice-président de la Commission, Siim Kallas, chargé des transports, a conseillé aux Etats membres de différer pendant une période limitée la suppression des restrictions sur le transport de liquides en duty free dans les bagages à main qui devait entrer en vigueur le 29 avril 2011», a indiqué la Commission dans un communiqué.

L'Italie et la France opposées

Plusieurs Etats, dont la France et l'Italie, étaient opposés à la fin de cette interdiction.

La Commission européenne estimait au contraire que l'interdiction de transporter des liquides en cabine dans les avions, décidée pour prévenir les attentats, pouvait être progressivement levée, car la technologie permet de procéder aux contrôles nécessaires.

M. Kallas a indiqué avoir «pris acte» de l'opposition de plusieurs Etats à sa proposition et a décidé de surseoir à son exécution de crainte de créer trop de confusion parmi les passagers des transports aériens.

Le commissaire souhaitait lever l'interdiction de transporter des liquides à partir de ce 29 avril pour les passagers des vols en transit. L'enjeu est commercial. Si la mesure était entrée en vigueur, le passager d'un avion reliant Moscou à Londres avec transit par Francfort aurait pu acheter de l'alcool dans les boutiques de la zone aéroportuaire de Moscou sans risquer de devoir le boire ou le remettre aux douaniers à Francfort.

Mesures de sûreté pas levées

«Il n'est pas souhaitable pour la France de lever les mesures de sûreté aérienne, même partiellement, compte tenu de l'actualité internationale et des menaces dont la France pourrait être la cible», avait ainsi expliqué le 25 mars le secrétaire d'Etat français aux Transports Thierry Mariani.

M. Kallas a promis de mener de nouvelles consultations avec les Etats de l'UE pour parvenir à un accord qui rende «la vie plus facile» aux voyageurs. (afp)

Ton opinion