«C’est choquant et surprenant»: L’Islande stupéfaite face au premier attentat déjoué de son histoire

Publié

«C’est choquant et surprenant»L’Islande stupéfaite face au premier attentat déjoué de son histoire

Une vaste opération antiterroriste a conduit à l’arrestation mercredi de quatre Islandais dans les environs de Reykjavík. Des dizaines d’armes à feu ont été saisies. 

Les enquêteurs travaillent notamment sur la piste de liens éventuels avec des groupes extrémistes scandinaves. (Image d’illustration)

Les enquêteurs travaillent notamment sur la piste de liens éventuels avec des groupes extrémistes scandinaves. (Image d’illustration)

AFP

L’Islande affichait vendredi sa stupéfaction après que la police eut annoncé la veille avoir déjoué un projet d’attentat «terroriste» visant des institutions étatiques, une menace inédite dans la paisible nation nordique. Jamais confrontée à un attentat sur son sol, l’île de 375’000 âmes attend d’en savoir plus sur un projet qui déroute même les experts en matière criminelle.

Arsenal saisi par la police 

«C’est choquant, bien sûr, et surprenant», avoue à l’AFP Helgi Gunnlaugsson, spécialiste en sociologie criminelle. «Nous avons eu des fusillades ces dernières années mais c’était des cas individuels et pas un groupe de personnes avec tout cet armement», note-t-il.

Première du genre en Islande, une vaste opération antiterroriste mobilisant une cinquantaine d’hommes dont ceux de l’unité d’élite Viking Squad, a conduit à l’arrestation mercredi de quatre Islandais d’une vingtaine d’années à Kópavogur, en banlieue de la capitale Reykjavík, et Mosfellsbær, une commune limitrophe.

Des dizaines d’armes à feu, dont certaines semi-automatiques et des armes imprimées en 3D en état de fonctionnement, ont été saisies lors de perquisitions à neuf endroits différents, ainsi que des milliers de cartouches, a indiqué jeudi la police lors d’une conférence de presse.

Le Parlement visé?

Deux des personnes gardées à vue, que la police considérait comme armées et dangereuses, ont été placées en détention provisoire et vont être entendues au cours des prochains jours. Les deux autres ont été relâchées. Selon les autorités, le Parlement islandais et la police elle-même faisaient partie des cibles potentielles dans les projets en préparation.

Le parlement islandais. 

Le parlement islandais. 

AFP

Mais de nombreuses zones d’ombres demeurent, sur le profil des suspects, leurs motivations et d’éventuelles complicités en Islande ou à l’étranger. Les suspects auraient, selon des informations non confirmées de la télévision publique RUV, évoqué la possibilité de commettre des «meurtres de masse» lors d’une fête annuelle de la police prévue la semaine prochaine. Les enquêteurs chercheraient notamment à savoir s’ils ont pu s’inspirer du tueur d’extrême droite norvégien Anders Behring Breivik, toujours selon la RUV.

«C’est particulièrement effrayant»»

L’augmentation des violences avec armes avait suscité un débat national ces derniers mois en Islande, avec des appels de la police et de responsables politiques à muscler les effectifs et les moyens. Mais la confirmation d’un projet avancé d’attentat marquerait la fin d’une exception pour l’île à la nature sauvage et aux dizaines de volcans. «Aussi triste que ce soit, on peut désormais s’attendre à cela (la menace terroriste, ndlr) ici en Islande comme ailleurs dans les pays nordiques. C’est particulièrement effrayant», a reconnu la Première ministre Katrín Jakobsdóttir jeudi soir.

Les enquêteurs travaillent notamment sur la piste de liens éventuels avec des groupes extrémistes scandinaves. «Nous activons tous nos réseaux internationaux, simplement parce que nous sommes confrontés à des événements et à des projets qui dépassent le cadre que nous avons traité auparavant», a affirmé jeudi soir Karl Steinar Valsson, un responsable de la coopération internationale au sein de la police islandaise.

(AFP)

Ton opinion

7 commentaires