Russie: Liste noire: les députés français boudent Moscou
Actualisé

RussieListe noire: les députés français boudent Moscou

Le président de l'Assemblée nationale a annulé lundi une visite de députés français, prévue pour le 18 juin à Moscou, face au refus des autorités russes de laisser entrer l'un d'eux.

«Les autorités de la Fédération de Russie ont confirmé l'interdiction faite au président du groupe socialiste (...) Bruno Le Roux d'entrer sur le territoire russe», rappelle le président de la chambre basse, Claude Bartolone, dans un courrier adressé à son homologue russe, le président de la Douma, Sergueï Narychkine.

«Dans ces conditions, je ne vois d'autre option que d'annuler la participation française à la prochaine réunion de la Grande Commission France-Russie», ajoute-t-il dans sa lettre datée de lundi.

Bruno Le Roux figure parmi 89 personnalités européennes auxquelles la Russie a interdit l'accès à son territoire, en riposte aux sanctions prises par l'Union européenne dans le cadre de la crise ukrainienne.

Il y a une semaine, Claude Bartelone avait prévenu qu'il n'y aurait «pas de délégation» française à Moscou si «les Russes n'acceptaient pas» la présence de Bruno Le Roux.

Critères inconnus

La visite des députés français était prévue à l'invitation de la Douma, dans le cadre de la Grande commission parlementaire France-Russie, organe permanent composé d'élus des chambres basses française et russe.

S'il a souligné être «très attaché au dialogue» entre ces deux assemblées et avoir «pris l'initiative de reprendre nos rencontres, interrompues depuis plusieurs mois», M. Bartolone a signifié à son homologue russe que «l'inscription, par les autorités russes, d'un président de groupe politique de l'Assemblée nationale sur une liste de personae non gratae ne saurait être tolérée», d'autant que les critères de cette décision «ne sont pas connus».

En 2014, en réponse à l'annexion de la Crimée par la Russie, l'Union européenne a interdit de séjour sur son territoire un certain nombre de personnalités russes dont le président de la Douma, un proche du président Vladimir Poutine. Malgré tout, M. Narychkine a fait plusieurs séjours en France depuis, dans le cadre d'invitations d'organisations internationales.

(afp)

Ton opinion