Euro 2020 - Au bout de la nuit, la Nazionale décroche la finale
Publié

Euro 2020Au bout de la nuit, la Nazionale décroche la finale

Il a fallu aller jusqu’aux tirs au but pour départager l’Italie et l’Espagne (1-1). Les Azzurri affronteront l’Angleterre ou le Danemark dimanche.

par
Valentin Schnorhk
La joie des Italiens après les tirs au but.

La joie des Italiens après les tirs au but.

AFP

Il ne faut pas trop insulter l’histoire. Elle peut être très utile, dans certains cas. La belle Italie de 2021 saura s’en souvenir. C’est en partie le cynisme du passé qui l’a propulsée en finale de l’Euro, après son succès aux tirs au but contre l’Espagne mardi à Wembley. Une attaque rapide d’abord, lancée par Donnarumma, poursuivie par Verratti, Insigne et Immobile, avant que Federico Chiesa n’aille tromper Unai Simon à l’heure de jeu. Et puis, après l’égalisation d’Alvaro Morata sur un relais avec Dani Olmo (80e), une solidité, un bloc plus bas. Une simplicité au service du succès. Il fallait bien ça pour dégager de son chemin cette Roja-là.

L’ouverture du score des Italiens par Federico Chiesa.

RTS2

Mais il fallait aussi une séance de tirs au but, pour obtenir le droit d’affronter l’Angleterre ou le Danemark en finale dimanche. Et même après le manqué initial de Locatelli, l’Italie s’en est sortie. Un raté de Olmo, mais surtout un arrêt décisif de Donnarumma devant le même Morata. Avant que Jorginho n’envoie les siens en finale. Et il y a de quoi souffler.

L’égalisation espagnole par Alvaro Morata.

RTS2

Comme jamais ou presque dans cet Euro, l’Italie a en effet semblé à la recherche de ses idées, si offensives, abouties avant cette demi-finale. Comme si les principes, éprouvés pendant des mois sous la conduite de Roberto Mancini, se heurtaient à une situation qu’elle ne connaissait pas. Quelle réponse donner aux audacieux choix de Luis Enrique? Comment gérer ces décrochages intempestifs mais tellement efficaces d’un Dani Olmo placé en faux-numéro neuf? Qui pour anticiper les touches de balle si justes de Pedri? Et surtout, comment effacer ce bloc espagnol si haut?

L’Italie sans ballon

Bref, la Nazionale a été confrontée à une configuration de match qu’elle n’avait jamais eu à appréhender. Sans ballon, alors qu’elle a toujours cherché à l’avoir jusqu’ici (65% de possession pour Sergio Busquets et les siens). Une grosse demi-heure durant, l’Italie a été oppressée, dépassée par une Espagne qui avait préparé son coup, qui n’avait jamais semblé aussi forte que durant cet interminable temps fort. Oyarzabal aurait dû très vite aller tromper Donnarumma, mais il avait oublié le ballon sur son contrôle. Et le portier italien a su être décisif devant Olmo un peu plus tard (25e).

Dernier tir au but, Jorginho envoie l’Italie en finale.

RTS2

Le temps de trouver des réponses pour les Azzurri, d’interpréter un peu différemment ce match. Avec une approche plus directe, un Insigne trouvé plus rapidement, histoire d’ouvrir le couloir à Emerson, remplaçant du si estimé mais blessé Spinazzola. Et surtout, trouver un Chiesa dynamique, demandeur et énergique. Avant d’ouvrir le score, il avait déjà alerté Simon, dans ce qui était le premier tir cadré italien. Signe d’une soirée plus compliquée que prévu pour les hommes de Mancini. Mais glorieuse.

Italie - Espagne 1-1 ap, 4-2 tab (0-0, 1-1)

Wembley, 57’811 spectateurs. Arbitre: M. Brych (ALL). Buts: 60e Chiesa 1-0. 80e Morata 1-1.

Tirs au but: Locatelli rate. Olmo rate. Belotti 1-0. Moreno 1-1. Bonucci 2-1. Thiago Alcantara 2-2. Bernardeschi 3-2. Morata rate. Jorginho 4-2.

Italie: Donnarumma; Di Lorenzo, Bonucci, Chiellini, Emerson (73e Toloi); Barella (85e Locatelli), Jorginho, Verratti (73e Pessina); Chiesa (107e Bernardeschi), Immobile (62e Berardi), Insigne (85e Belotti). Sélectionneur: Roberto Mancini.

Espagne: Unai Simon; Azpilicueta (85e Llorente), Eric Garcia (109e Pau Torres), Laporte, Jordi Alba; Koke (70e Rodri), Busquets (106e Thiago Alcantara), Pedri; Oyarzabal (70e Moreno), Dani Olmo, Ferran Torres (61e Morata). Sélectionneur: Luis Enrique.

Notes: L’Italie sans Spinazzola (blessé). L’Espagne sans Sarabia (blessé).

Avertissements: 51e Busquets.98e Toloi. 118e Bonucci.

Ton opinion

113 commentaires