Football - L’Italie ouvre l’Euro en battant facilement la Turquie
Actualisé

FootballL’Italie ouvre l’Euro en battant facilement la Turquie

Les Italiens se sont imposés 3-0 contre les Turcs en match d’ouverture de la compétition continentale.

par
Valentin Schnorhk
(Rome)
Les Italiens ont fait plaisir à leurs fans, à Rome.

Les Italiens ont fait plaisir à leurs fans, à Rome.

AFP

L’Italie a posé les bases de son Euro vendredi. Dès le match d’ouverture, la Nazionale a assumé sa volonté d’être protagoniste, ainsi que l’avait promis le sélectionneur Roberto Mancini jeudi. Les Italiens veulent offrir du plaisir à leurs compatriotes et ils ont choisi le jeu pour cela. Sans oublier la victoire.

Programme et classement du groupe A

C’est donc très logiquement que Lorenzo Insigne et ses coéquipiers ont mis la main sur une rencontre qu’ils avaient décidé de contrôler et de dominer. Pour ensuite étouffer la Turquie. Les deux premiers objectifs ont été rapidement remplis. L’Italie a enchaîné les occasions. Par Immobile (3e, 33e), par une tête de Chiellini sur corner, bien claquée par Cakir (22e) et surtout par un Insigne en mouvement sur un côté gauche qu’il avait décidé d’animer avec Spinazzola. Mais ses essais ont manqué soit de précision, soit de puissance.

L’ouverture du scoreRTS 2

Et à ce jeu-là, avec un contre-pressing italien qui est monté en puissance, la formation de Mancini a fini par éteindre une Turquie qui ne s’en sortait plus. Manquait juste un but. Il est tombé après la pause, une fois que Ünder avait enfin donné la possibilité aux Turcs d’inquiéter un Donnarumma bien tranquille jusque-là (52e). Une minute plus tard donc, un Merih Demiral en apnée, comme le reste de son équipe, déviait dans ses propres buts un centre de Domenico Berardi.

La Turquie trop prudente

Cette Italie que l’on dit changée le montre surtout par son envie de ne pas être dans la gestion. Preuve en a été dans cette rencontre inaugurale de l’Euro, dans un Stadio Olimpico pas forcément acquis uniquement à sa cause (pas loin d’une moitié de Turcs parmi les 16 000 spectateurs autorisés). Car une fois le premier but inscrit, les Azzurri ont continué à pousser, pour en mettre d’autres. Deux sont venus, par Ciro Immobile, qui avait bien suivi un ballon repoussé par Cakir sur un essai de Spinazzola (66e). Et puis par Insigne, qui ajustait enfin la mire (79e).

RTS 2

Et la Turquie dans tout ça? Trop passive, trop prudente. Très imprécise, aussi. Pas à la hauteur de la sélection surprenante qu’on nous vend depuis quelques semaines. Ou simplement moins forte qu’une Italie encore plus aboutie que prévu. Les prochains matches affineront l’analyse. Et la Suisse, qui viendra défier les Italiens à Rome mercredi, sait déjà qu’elle tombera sur du lourd.

RTS 2

Turquie - Italie 0-3 (0-0)

Stadio Olimpico, 16 000 spectateurs. Arbitre: M. Makkelie (PB).

Buts: 53e Demiral (autogoal) 0-1. 66e Immobile 0-2. 79e Insigne 0-3.

Turquie: Cakir; Celik, Demiral, Söyüncü, Meras; Yokuslu (65e Can Kahveci); Karaman (77e Dervisoglu), Yazici (46e Ünder), Tufan (65e Ayhan), Calhanoglu; Yilmaz. Sélectionneur: Senol Günes.

Italie: Donnarumma; Florenzi (46e Di Lorenzo), Bonucci, Chiellini, Spinazzola; Barella, Jorginho, Locatelli (74e Cristante); Berardi (85e Bernardeschi), Immobile (81e Belotti), Insigne (81e Chiesa). Sélectionneur: Roberto Mancini.

Notes: L’Italie sans Verratti (blessé).

Avertissements: 88e Söyüncü. 90e Dervisoglu.

Ton opinion

117 commentaires