Renens (VD): Litige entre une bijoutière et son service électrique

Actualisé

Renens (VD)Litige entre une bijoutière et son service électrique

Cambriolée pendant une coupure de courant il y a quinze jours, Nurten exige que le Service intercommunal de l'électricité «fasse un geste». Après un premier refus, elle envisage de saisir la justice.

par
Francesco Brienza
Nurten devant la vitrine brisée de son magasin.

Nurten devant la vitrine brisée de son magasin.

«Je compte bien me battre: si nous avons été cambriolés, c'est tout de même à cause d'eux!» L'époux de Nurten, propriétaire de la bijouterie du même nom au centre de Renens, ne décolère pas. Alors qu'une coupure de courant touchait tout l'ouest lausannois au milieu de la nuit il y a un peu plus de deux semaines, son commerce a été cambriolé. Et le Service intercommunal de l'électricité (SIE) a déjà fait savoir au couple qu'il n'entrerait pas en matière pour le dédommager. «Je refuse de croire qu'il n'a pas d'assurance pour ce genre de choses, poursuit-il. Je ne demande pas grand chose, j'aimerais juste qu'on participe à ma propre franchise de 1'000 fr.»

Pour le SIE, il n'y a pas de dédommagement à verser puisque ses prestations ne sont «pas garanties à 100%», nous précise Jean-Daniel Ayer, son directeur. Et de mentionner le règlement de sa structure pour justifier cette décision. «Je suis déçu pour les clients, mais pour l'heure, aucune erreur de manœuvre de notre part n'a été détectée», poursuit-il.

Cause toujours indéterminée

Le couple cambriolé, pour qui «c'est une question de principe plus qu'une question de sous», ne compte pas en rester là. «Nous avons déjà rédigé une missive aux SIE, explique-t-il. Et nous n'excluons pas d'engager un avocat.»

Pour l'instant, aucune explication définitive à la récente panne ne peut être avancée. «Le poste blindé incriminé doit être partiellement démonté et analysé prochainement par les Services industriels de Lausanne», note encore Jean-Daniel Ayer.

Ton opinion