Lituanie-France: les Bleus ne veulent que la victoire
Actualisé

Lituanie-France: les Bleus ne veulent que la victoire

Après avoir grillé un joker en s'inclinant en Ecosse (0-1), les joueurs de l'équipe de France de football sont bien conscients de la nécessité de prendre tous les points lors de leur déplacement en Lituanie, samedi en éliminatoires de l'Euro 2008.

«On ne vise pas le match nul mais seulement la victoire», a affirmé jeudi le Lyonnais Florent Malouda. «Il faut gagner ce match, quelle que soit sa configuration, sa difficulté.»

Avant cette rencontre, la France pointe au deuxième rang du groupe B derrière l'Ecosse mais à égalité de points avec cette dernière (neuf points). L'Italie n'est qu'à deux longueurs et l'Ukraine à trois points mais avec un match en moins.

«La qualification ne sera pas si facile. Il faut tourner la page de la Coupe du monde», a rappelé le sélectionneur Raymond Domenech. Il y a neuf mois la France perdait la finale du mondial face à l'Italie. L'Ukraine était pour sa part quart de finaliste de ce tournoi.

«Tout le monde est bien conscient de l'importance de cette rencontre en Lituanie même si elle n'est pas présentée comme une grande affiche», a poursuivi Malouda. «Il faut faire un résultat car à la fin des éliminatoires cela peut faire la différence».

Mardi, en tirant le bilan des deux récentes défaites en Ecosse puis contre l'Argentine (0-1) au Stade de France en février dernier, Domenech s'était inquiété d'un certain relâchement de son équipe.

«J'y vois le signe de l'auto-satisfaction. On aborde le match de façon plus décontractée», a déclaré Domenech. «Il faut retrouver le vrai état d'esprit de combattant.»

Malouda parle d'un «état d'alerte».

«Le résultat de la Lituanie en Italie (ndlr: 1-1) est révélateur», a estimé le Lyonnais. «Il faut oublier les statuts respectifs des deux équipes et jouer ce match avec un état d'esprit de gagneur.»

Les Tricolores s'attendent à un match piège à Kaunas, qu'ils doivent rejoindre vendredi en début d'après-midi.

«Le plus dangereux, ce devrait être les conditions de jeu. On va peut-être jouer sur un terrain gelé, en mauvais état», a assuré le milieu récupérateur Jérémy Toulalan. «Il faudra être attentif, aller de l'avant, imposer notre jeu, ne pas subir», a précisé le Lyonnais qui pourrait profiter de l'absence de Patrick Vieira pour connaître une deuxième sélection.

En Ecosse, la France avait encaissé un but sur un corner (67e) et bien qu'ayant dominé la majeure partie de la rencontre elle n'avait pu revenir au score. «On s'est fait surprendre et nous n'avons pas trouvé de solutions. On avait manqué de réalisme.»

Toulalan considère que cet incident de parcours est oublié. «La défaite fait partie du jeu», a assuré l'ancien Nantais. «Les joueurs sont capables de se reconcentrer et de repartir de l'avant.»

Depuis l'échec de Glasgow, la France a écrasé (5-0) à Sochaux les Iles Féroé, la lanterne rouge du groupe B. Elle a ensuite eu des difficultés à battre la Grèce en amical en baisser de rideau de sa saison (1-0 à Saint-Denis).

Pour leur reprise, les Bleus ont encore perdu face à l'Argentine. Une défaite que Malouda tient à relativiser avant d'aller visiter Kaunas. «Au moment du match de l'Argentine nous enchaînions beaucoup de matches. Pour la Lituanie, on a une semaine pour bien se préparer.»

(ap)

Ton opinion