Genève - Livreurs virés en masse: Smood prêt à embaucher

Publié

GenèveLivreurs virés en masse: Smood prêt à embaucher

Fin avril, une société sous-traitante de Smood licenciait 240 coursiers. La sortie de crise se dessine. La plateforme de livraison de repas est prête à engager.

par
Jérôme Faas
La société Smood devrait embaucher des livreurs licenciés par AlloService.

La société Smood devrait embaucher des livreurs licenciés par AlloService.

20min/Vanessa Lam

Enfin une lueur d’espoir pour les livreurs de repas licenciés en masse ce printemps par AlloService, une société sous-traitante de Smood. Cette dernière entreprise, l’un des poids lourds du secteur, vient d’accepter d’étudier les candidatures de 120 coursiers qui avaient perdu leur emploi. Elle a donné suite à cette requête formulée de longue date par les syndicats Unia et SIT au sortir d’une procédure de conciliation.

«Il s’agit d’une excellente nouvelle, se félicite Umberto Bandiera, secrétaire syndical chez Unia. Cela démontre qu’il existe, malgré une conjoncture compliquée, des possibilités d’instaurer un dialogue et de sauver l’emploi. J’espère que cet épisode permettra d’ouvrir un véritable partenariat social dans le domaine des plateformes numériques.»

Lorsque l’affaire avait éclaté, début avril, il était question de quelque 240 livreurs licenciés à Genève et dans le canton de Vaud, sur fond de litige entre AlloService et Smood. Cette dernière société en avait déjà récupéré plusieurs dizaines, en particulier sur Vaud, mais n’entendait pas aller plus loin. Il restait depuis 150 travailleurs sur le carreau, 120 à Genève et 30 sur Vaud, calcule Umberto Bandiera.

Le syndicaliste reconnaît qu’il est encore trop tôt pour connaître le nombre de livreurs qui seront finalement repêchés (notamment parce qu’on ignore combien ont entretemps retrouvé du travail), mais au vu des discussions tenues, «Smood aurait pris l’engagement de donner suite aux demandes du personnel transmises après le 30 juin».

Ton opinion

77 commentaires