France - L’obésité progresse, un adulte sur six concerné

Publié

FranceL’obésité progresse, un adulte sur six concerné

Le surpoids continue à augmenter dans la population française. En 2020, 17% des adultes étaient en situation d’obésité, soit près de 8,6 millions de personnes.

La corpulence se mesure à partir de l’indice de masse corporelle (IMC), obtenu en divisant le poids (kg) par le carré de la taille (m2).

La corpulence se mesure à partir de l’indice de masse corporelle (IMC), obtenu en divisant le poids (kg) par le carré de la taille (m2).

AFP

L’obésité a continué à progresser ces dernières années en France et concerne désormais près d’un adulte sur six, tandis que le surpoids recule légèrement, atteignant 30% de la population, montre une nouvelle étude.

En 2020, 17% des adultes étaient en situation d’obésité, soit près de 8,6 millions de personnes, contre 15% en 2012 et 10,1% en 2002, montre cette enquête présentée mercredi par la Ligue contre l’obésité.

En revanche, la proportion de personnes en surpoids (hors obésité) recule de deux points par rapport à 2012, à 30,3%. Elle retrouve ainsi son niveau de 2000.

Indice de masse corporelle

Au total, «près d’un Français sur deux est en situation de surpoids et/ou d’obésité», souligne la Ligue, fédération créée en 2014 pour «changer le regard sur l’obésité et améliorer la prise en charge médicale de cette maladie».

La corpulence a été mesurée à partir de l’indice de masse corporelle (IMC), obtenu en divisant le poids (kg) par le carré de la taille (m2). Inférieur à 18,5 points, il indique une insuffisance pondérale, entre 18,5 et 25, une corpulence normale, entre 25 et 30, un surpoids, au-dessus de 30, une obésité, et au-delà de 40, une obésité sévère.

Insuffisance pondérale

Selon ces critères, 4,5% des adultes français sont en insuffisance pondérale et 48,2% ont une corpulence normale. Parmi les 17% en situation d’obésité, 11,9% ont un IMC entre 30 et 35, 3,1% entre 35 et 40, et 2% au-delà de 40%, soit 1 million de personnes.

«Si les femmes sont toujours plus touchées que les hommes», avec respectivement 17,4% et 16,7% d’obèses, «c’est auprès de ces derniers que les progressions sont les plus fortes, notamment sur l’obésité massive», «multipliée par 3 en 8 ans», souligne l’enquête.

(AFP)

Ton opinion

14 commentaires