Rallye de l'Acropole: Loeb au service, avantage Ford
Actualisé

Rallye de l'AcropoleLoeb au service, avantage Ford

Battu en Sardaigne pour la première fois depuis six mois, Sébastien Loeb (Citroën C4) entame vendredi le rallye de l'Acropole, sur l'un des terrains favoris de Ford, dans la combinaison du favori, parce qu'il est toujours leader du WRC et a gagné ici l'an dernier.

Depuis l'édition 2000 du fameux rallye grec, Ford mène au score: 6-2 contre Loeb, qui «aborde ce rallye avec précaution, surtout après ce qu'on a vu en reconnaissances». Vendredi, lors de la première journée, cinq spéciales sont au menu, autour de Loutraki, soit 120 km chronométrés.

«Il fait très chaud, il y a beaucoup de nouvelles spéciales, c'est très abrasif donc on va abîmer les pneus», explique Loeb. «Il y aura aussi du balayage. Beaucoup de paramètres font que c'est un peu difficile de faire un pronostic».

Le pilote alsacien est donc moyennement confiant, alors que ses deux grands rivaux sont gonflés à bloc pour succéder au palmarès à Colin McRae (2000 à 2002), Markko Martin (2003) et Marcus Grönholm (2006, 2007), tous vainqueurs dans des Ford Focus.

La parole à Jari-Matti Latvala, superbe vainqueur en Sardaigne: «Cette victoire m'a remis en confiance. J'ai aussi appris à gérer mentalement le fait d'être leader d'un rallye et donc d'avoir à faire la trace pour les autres en ouvrant la route. Je suis confiant pour ici».

Mikko Hirvonen aussi aimerait faire le break, que Ford remporte deux rallyes d'affilée et recolle au score du championnat: «Les Ford ont toujours été à leur aise en Grèce et cette édition devrait aussi nous convenir. Les nouvelles épreuves spéciales sont très intéressantes en pilotage mais aussi très abrasives. L'usure des pneus sera un paramètre à prendre en compte».

Ca va chauffer

Après le centre équestre olympique puis le camp militaire de Taito, le QG du rallye s'est éloigné d'Athènes et installé sur les bords du golfe de Corinthe, dans la charmante station balnéaire de Loutraki. Et tout indique que ce rallye s'annonce très chaud, au propre comme au figuré.

Petter Solberg, vainqueur en 2004, a fait encore améliorer le refroidissement de sa vénérable Xsara (radiateur et ventilateur plus gros, à débit plus élevé), mais il s'attend quand même à souffrir ici. Tout comme Loeb et Daniel Elena qui seront obligés de mettre le chauffage à fond dans leur cockpit pour mieux refroidir le moteur de leur C4.

Quant à Sébastien Ogier, le champion du monde Junior, il n'a plus que quatre rallyes maximum à son calendrier 2009: Grèce et Pologne en juin, puis Finlande et Grande-Bretagne. Quatre dernières chances de convaincre Olivier Quesnel, absent en Grèce car très occupé au Mans avec Peugeot Sport, qu'il est l'homme de la situation pour 2010 et après. Pour Ogier aussi, ça va être chaud.

(afp)

Ton opinion