Etude: Logements à moins de 2000 francs par mois
Actualisé

EtudeLogements à moins de 2000 francs par mois

Construire des logements abordables sans subventions ni baisse de rendement pour le propriétaire est possible, selon une étude publiée mercredi par l'Office fédéral du logement (OFL). Selon elle, il faut revenir à des habitations plus compactes.

Il est possible de construire des logements familiaux abordables avec des loyers de moins de 2000 francs par mois, même dans la région de Zurich, sans que l'investisseur doive subir des baisses de rendement ou solliciter des fonds publics. Telle est la conclusion d'une étude publiée mercredi par l'Office fédéral du logement (OFL) en collaboration avec les sociétés Halter Unternehmungen et Pensimo Management.

Alors que l'offre de logements anciens et bon marché se raréfie, l'étude démontre que, des points de vue technique et financier, il convient de revenir à des logements compacts. Les concessions à faire en termes de surface habitable et de standards d'équipement peuvent être compensées, par exemple, par des améliorations apportées à l'environnement immédiat du lieu d'habitation, comme l'accès à un toit-terrasse.

Meilleure utilisation du sol

Les auteurs ont illustré leur propos en présentant un locatif type. Ils l'ont comparé à un immeuble récemment construit en ville de Zurich. Il apparaît qu'il serait ainsi possible de réaliser à Zurich-Altstetten des logements de 4,5 pièces avec des loyers mensuels de moins de 2000 francs (charges comprises) sans devoir recourir à des subventions ou à d'autres avantages. Le loyer d'un 3,5 pièces reviendrait à moins de 1600 francs par mois. En outre, il convient de relever que le concept «à prix avantageux» présenté contribue à la densification du milieu bâti: il tient mieux compte d'une utilisation mesurée du sol.

En Suisse, la charge locative est élevée pour une partie croissante de la population. Comme à la fin des années 1980, les logements disponibles se font de nouveau rares dans certaines grandes villes suisses et leurs agglomérations. (ap)

Ton opinion