France: Loi Macron: «Pas de temps à perdre», selon Hollande
Actualisé

FranceLoi Macron: «Pas de temps à perdre», selon Hollande

La décision de passer par un vote de confiance au gouvernement afin d'adopter la loi Macron était destinée à «aller vite» parce «qu'on n'avait pas de temps à perdre ni de risques à prendre», selon le président français.

«Le président de la République, en introduction de ce conseil des ministres», a «rappelé que la décision qui a été prise l'a été pour aller vite, qu'on n'avait pas de temps à perdre ni de risques à prendre», a déclaré le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

La loi Macron sera adoptée par l'Assemblée sauf si la motion de censure, que l'opposition UMP-UDI a déposée mardi, est adoptée jeudi, ce qui entraînerait la chute du gouvernement. Les députés estiment cependant dans leur immense majorité que la motion sera rejetée.

François Hollande, selon M. Le Foll, a également estimé qu'il n'y avait «pas de majorité alternative» et que le vote jeudi soir sur la motion de censure déposée par l'opposition «le montrera» jeudi.

Pour Stéphane Le Foll, le gouvernement a «accepté le débat» avec «un débat parlementaire qui a été long et riche». «Je rappelle que près de 1000 amendements, sur les 2000 ou 2500 amendements déposés, ont été retenus, venant d'ailleurs de bords différents», a-t-il enchaîné.

Toujours selon le porte-parole du gouvernement, le président de la République «a rappelé que l'on devait apporter aux Français des solutions» avec cette loi Macron sur l'activité, la croissance et l'emploi.

Série de mesures

Le Gouvernement français, qui cherche à obtenir de l'Union européenne un nouveau délai pour ramener ses déficits sous la barre des 3% du PIB, entend offrir en échange des réformes économiques, comme la loi Macron. Ce texte comprend une série de mesures, dont l'extension du travail dominical.

Parmi les autres mesures proposées, les tarifs des professions réglementées du droit (commissaires-priseurs judiciaires, greffiers des tribunaux de commerce, huissiers de justice, administrateurs judiciaires, mandataires judiciaires et notaires) seront revus.

La loi prévoit une batterie d'autres réformes, de la libéralisation du transport interurbain par autocars à l'assouplissement des règles de licenciement collectif, en passant par une réforme du permis de conduire afin d'en réduire les délais et le coût. (ats)

Ton opinion