Actualisé 24.11.2008 à 18:15

Sur fond de crise

Londres baisse sa TVA pendant 13 mois

Le ministre britannique des Finances Alistair Darling a présenté lundi un plan de relance de l'économie britannique de 20 milliards de livres, qui mise notamment sur une baisse temporaire de la TVA, dès la semaine prochaine, pour stimuler la consommation.

Le chancelier de l'Echiquier propose également de relever l'impôt sur le revenus des plus fortunés en 2011 si les travaillistes sont réélus.

Dès lundi prochain et jusqu'à la fin de l'année prochaine, soit pendant 13 mois, le taux de TVA va passer de 17,5 à 15%, soit le plus bas niveau autorisé au sein de l'Union européenne. Cette baisse de 13 mois qui entre en vigueur juste avant la période des fêtes de Noël est destinée à relancer les achats. Cette mesure va permettre au consommateur d'économiser en moyenne environ 200 livres par an (235,4 euros environ) mais coûtera au Trésor environ 12,5 milliards de livres sterling (14,71 milliards d'euros).

Devant la Chambre des communes, Alistair Darling, qui présentait son avant-projet de budget aux parlementaires, a dit prévoir pour 2009 une croissance négative, avec une réduction du Produit intérieur brut comprise entre 0,75 à 1,25%, après une hausse de 0,75% cette année. Il a toutefois dit s'attendre à un début de reprise au second semestre de 2009. Les mesures annoncées lundi permettront que la récession soit «moins profonde et plus courte», a-t-il expliqué.

Le plan de 20 milliards de livres (23,5 milliards d'euros) comprendra une hausse des crédits d'impôt pour les ménages les moins aisés.

Par ailleurs, un nouveau taux d'imposition de 45% pour les personnes dont le revenu est supérieur à 150.000 livres (176.000 euros) par an, entrera en vigueur à partir d'avril 2011. Mais cela dépendra des résultats des prochaines élections, qui doivent se tenir d'ici juin 2010. Le gouvernement travailliste n'aura ainsi pas rompu son engagement de ne pas augmenter les impôts sur le revenu durant la législature actuelle. Le taux avait été ramené de 60% à 40% par le gouvernement de Margaret Thatcher en 1988 et n'a pas bougé depuis.

Si le nouveau taux permettrait de récolter deux milliards de livres supplémentaires par an, il fait partie d'un ensemble de mesure destinés à réduire les sommes empruntées par l'Etat dans les années à venir.

Alistair Darling a également précisé que le gouvernement tenterait d'obtenir cinq milliards de livres supplémentaires (5,88 milliards d'euros) d'économies de fonctionnement, envisagerait une répression sur les paradis fiscaux comme l'Ile de Man et les Iles anglo-normandes. Il a ajouté que le gouvernement réduirait le taux de croissance des dépenses budgétaires pour contrôler l'emprunt de l'Etat qui pourrait, a-t-il dit, atteindre un records de 118 milliards (138,8 milliards d'euros) en 2009-2010 contre 78 milliards (91,8 milliards d'euros) en 2008-2009.

Tout en présentant son plan de relance, le chancelier de l'Echiquier a également tenté de présenté une feuille de route pour un retour à l'équilibre des finances à moyen terme. Il a estimé que le budget reviendrait à l'équilibre en 2015/2016. La dette nette va atteindre 48% du PIB en 2009 contre 41% cette année et culminera à 57% en 2013/2014. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!