Brexit: Londres craint l'absence d'un accord douanier
Actualisé

BrexitLondres craint l'absence d'un accord douanier

Le Brexit pourrait signifier pour les douanes britanniques des déclarations de douanes multipliées par cinq. Bien au-delà de ses capacités actuelles.

1 / 150
Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)

Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)

Keystone
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)

AFP
La chancelière allemande a lancé une pique à l'intention de Theresa May devant des industriels allemands. «Il ne reste que «six à huit semaines pour trouver un accord», a noté la chancelière allemande. (25 septembre 2018)

La chancelière allemande a lancé une pique à l'intention de Theresa May devant des industriels allemands. «Il ne reste que «six à huit semaines pour trouver un accord», a noté la chancelière allemande. (25 septembre 2018)

AFP

Si le Royaume-Uni échoue à mettre en place un nouvel accord douanier avec l'Union européenne, les conséquences seront «catastrophiques», prévient un rapport parlementaire publié mardi. La date de sortie de l'Union européenne est prévue en mars 2019.

Après le départ du Royaume-uni de l'Union européenne, le nombre de déclarations de douanes que les services britanniques, le HM Revenue and Customs (HMRC), doivent traiter chaque année pourrait être multiplié par près de cinq passant de 55 millions à 255 millions, a indiqué le comité des comptes publics de la Chambre des communes.

Or, le HMRC ne dispose pas encore des fonds suffisants pour augmenter la capacité de son nouveau service de déclaration de douane (CDS). Il ne pourrait ainsi pas faire face aux conséquences du Brexit, a averti le comité.

Le rapport souligne qu' «il reste beaucoup à faire» pour mettre en place un système de déclaration de douane efficace dans les temps impartis. Il faut s'assurer que le HMRC dispose d'un financement suffisant d'ici décembre. Ce serait «catastrophique» si le CDS n'était «pas prêt à temps et qu'il n'y ait pas de plan B», prévient ce comité multipartite.

«Ravages pour les affaires»

«L'absence d'un système douanier viable avant la sortie du Royaume-uni de l'Union européenne ferait des ravages pour les affaires, le commerce et la réputation internationale du Royaume-uni», a ajouté la présidente de ce comité, la députée travailliste Meg Hillier, jugeant la situation «profondément inquiétante».

Un porte-parole du gouvernement a assuré mardi que «le service de déclaration en douane était en bonne voie pour être opérationnel en janvier 2019 et qu'il avait la capacité de gérer une augmentation significative des déclarations douanières à la frontière».

Le gouvernement britannique souhaiterait un accord d'union douanière intérimaire d'environ deux ans avec l'UE après le Brexit, ce qui lui permettrait de continuer à bénéficier de ses dispositions tout en négociant ses propres accords commerciaux. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion