Ski de fond: Longtemps devant, Dario Cologna finit 3e à Davos
Actualisé

Ski de fondLongtemps devant, Dario Cologna finit 3e à Davos

Le Grison a manqué de peu la plus haute marche du podium lors du 15 km classique. Il court toujours après un premier succès sur ses terres.

par
Laurent Morel
Davos
Dario Cologna a réussi son meilleur résultat de l'hiver.

Dario Cologna a réussi son meilleur résultat de l'hiver.

«Avec Dario, tout est possible!» Le speaker des épreuves de Coupe du monde de Davos ne croyait pas si bien dire ce samedi dans la station grisonne. Ceux qui en doutaient encore ont eu une confirmation: Dario Cologna est bel et bien de retour. En tête durant deux tiers de la course, le Grison a finalement décroché la troisième place du 15 km classique à seulement 7''3 du vainqueur, le Norvégien Martin Johnsrud Sundby. Ce dernier a devancé son compatriote Didrik Toenseth.

Sur la pente ascendante, Cologna est monté sur son premier podium de l'hiver. «C'est très positif, surtout après un début de saison aussi compliqué, s'est exclamé le champion olympique de la distance, qui a souffert d'un refroidissement lors de la préparation. Je voulais vraiment réussir quelque chose aujourd'hui.» Le fondeur du Val Müstair, qui a signé son quatrième podium à Davos, attendra encore avant de remporter un premier succès sur ses terres.

Un choix de skis déterminant

La course s'est en partie décidée avant le départ, lorsque certains athlètes, à l'instar de Cologna, Calle Halfvarsson (7e) ou Petter Northug (10e), ont opté pour des skis de skating. Ils ont dû pousser sur le bâtons durant toute la course. Un avantage lors des descente et sur le plat, mais une désavantage dans les côtes.

«J'ai pris des risques en choisissant de skier en poussée et non avec des skis classiques, a déclaré le Grison. Je savais que les Norvégiens s'étaient préparés à ça hier et lorsque j'ai vu que Northug était bien lors des premiers intermédiaires, j'ai choisi de l'imiter.»

Le choix s'est presque avéré payant. «Une minute avant le départ, j'ai décidé de ne pas tenter le coup, a pour sa part expliqué Sundby, leader de la Coupe du monde. Je n'avais pas dormi avant la course. Toute la nuit, je m'étais demandé s'il fallait que je choisisse des skis de skating ou de classique. Quand j'ai vu que j'étais 15 secondes derrière Cologna après 5 km, je me suis dit que je m'étais trompé. Cependant, je savais qu'il allait fatiguer et j'ai su en profiter.»

«Super Dario», qui semble très détendu et sourit comme jamais depuis le début du week-end, pourra tenter d'accrocher un premier succès ce dimanche en sprint. «Mon premier objectif sera de me qualifier pour les courses à élimination en terminant dans les 30, a-t-il précisé. Après, tout est possible.»

Toni Livers dans les points

Cologna n'a pas été le seul Suisse à terminer dans les 30 ce samedi. Toni Livers a glâné des points pour la deuxième fois cet hiver après Lillehammer en se classant 25e. «J'ai perdu un peu de temps dans les 5 derniers kilomètres car je n'avais pas de fondeur à qui m'accrocher, a-t-il expliqué. C'était difficile car la neige était lente. Je suis toutefois satisfait de ma course.»

Les autres fondeurs helvètes ont terminé plus loin, à l'image de Jonas Baumann (39e). «Je suis content car je progresse de course en course même si j'ai peiné sur la fin», a souligné le Grison, qui a devancé d'un rang le sprinteur Ueli Schnider.

Erwan Kaeser (56e) retenait également le positif. «Je suis content, les skis de l'équipe ont été très bien préparés, malgré un parcours qui oscillait entre le soleil sur le stade et l'ombre dans la forêt, a déclaré le Vaudois. En plus je n'ai pas eu de chance car j'ai dû courir seul quasiment toute la course.» Son compère Candide Pralong (59e), préférait plutôt se projeter sur la suite. «J'espérais mieux, même si je suis plus spécialiste de skating, a lâché le fondeur du Val Ferret. J'attends le week-end prochain avec impatience (ndlr: le 15 km se courra en style libre).»

Ton opinion