Afrique du Sud: Lonmin signe la fin de la grève
Actualisé

Afrique du SudLonmin signe la fin de la grève

L'accord mettant fin à plus d'un mois d'une grève meurtrière dans la mine de platine sud-africaine à Marikana a été signé tard mardi soir entre le groupe britannique et les représentants des salariés.

Un accord a été signé entre les grévistes et Lonmin à Marikana.

Un accord a été signé entre les grévistes et Lonmin à Marikana.

L'accord, conclu après plus de trois semaines de difficiles négociations, prévoit entre 11% et 22% d'augmentations de salaire selon les catégories, et stipule que «tous les employés reprennent le travail jeudi à 7h00» (5h00 GMT) en échange d'une prime de 2000 rands (225 francs).

«Nous sommes très contents d'annoncer la conclusion de cette difficile négociation», a déclaré aux médias Abey Kgotle, directeur exécutif pour les affaires générales, après une séance de signature sous l'oeil des caméras.

Il s'est félicité que toutes les parties aient paraphé l'accord: Lonmin d'une part, mais aussi quatre syndicats, dont la puissante fédération minière du NUM qui a espéré que l'accord «ramène la stabilité».

«Nous ne pouvons pas oublier que nous en sommes arrivés là à cause de cette semaine tragique du mois d'août», a ajouté M. Kgotle, en dédiant l'accord à «tous les employés décédés qu'il a fallu enterrer».

Pas de précédent

Il s'est défendu d'avoir créé un précédent dommageable pour le reste de l'industrie minière ou du secteur du platine, justifiant «des mesures extraordinaires prises en réponse à une situation extraordinaire». Chacun a ensuite pris la parole lors de cette conférence de presse conclue par un chant et une prière.

En tout, il y a eu 45 morts depuis le début de la grève illégale chez Lonmin le 10 août, dont 34 grévistes tués par la police lors d'une fusillade le 16 août rappelant les pires heures de l'apartheid.

«La signature de cet accord ouvre un nouveau chapitre et fait réaliser combien il reste de travail à faire pour transformer et changer la vie de la classe ouvrière en Afrique du Sud», a commenté le représentant du petit syndicat radical AMCU, qui avait encouragé la grève illégale, Joseph Mathungwa: «quand on regarde l'accord, cela aurait pu être fait sans tous ses morts».

24'000 personnes augmentées

Les trois pages de l'accord, dont la signature a donné lieu à d'ultimes débats mardi soir tard, contient des augmentations pour les 24'000 salariés non membres de l'encadrement. Lonmin emploie 28'000 personnes.

Les augmentations proposées par Lonmin à compter du 1er octobre prennent la forme d'une hausse de salaires ou d'une promotion à une catégorie plus élevée.

Les foreurs à l'initiative du mouvement seront augmentés de 22%, les mineurs de base de 15% et les autres toucheront conformément à un précédent accord 9 à 10% de plus début octobre.

Deux syndicats, proches de l'encadrement, ont exprimé leur inquiétude. Solidarity a jugé «dommage d'en arriver à un accord anormal en réponse à des circonstances anormales» et s'est inquiété qu'il «reste encore un peu de tension». Pour UASA, le temps est venu de reconstruire une «entreprise à genoux».

Quant à la réputation de l'Afrique du Sud, Afzul Soobedaar, le médiateur de la commission d'arbitrage des conflits du travail a espéré que l'accord «puisse restaurer les possibles dégâts» de cette grève sur l'image du pays à l'étranger.

La presse salue, mais...

La presse sud-africaine saluait mercredi l'accord trouvé la veille à la mine de platine de Marikana (nord), qui devrait mettre fin à six semaines d'une grève sanglante sur le site exploité par le groupe Lonmin, mais des éditorialistes s'inquiétaient du risque de contagion.

«La fin de la grève de Lonmin est quelque chose que nous devrions tous applaudir, mais la manière dont le différend a été réglé peut servir de modèle que les travailleurs pourraient utiliser ailleurs. C'est l'effet de contagion», écrit dans un éditorial «Business Day», le principal quotidien économique.

«Les travailleurs d'autres mines peuvent être encouragés à adopter la même tactique que les travailleurs de Lonmin, d'autant qu'ils ont réussi à extirper des augmentations d'une entreprise en difficulté», explique-t-il, rappelant que le groupe britannique, numéro trois mondial, a toujours été le moins performant des producteurs de platine. (afp)

Lonmin s'envole en Bourse

Le groupe Lonmin, troisième producteur mondial de platine, s'envolait mercredi matin à la Bourse de Londres après la signature mardi soir d'un accord mettant fin à plus d'un mois d'une grève meurtrière dans sa mine de Marikana en Afrique du Sud. Vers 07H25 GMT, le titre du groupe bondissait de 8,99% à 708,4 pence (11 francs).

Ton opinion