Vaud: L’organisateur d’une fête sauvage écope de mille francs d’amende
Publié

VaudL’organisateur d’une fête sauvage écope de mille francs d’amende

Après plusieurs fêtes ayant défrayé la chronique, les sanctions commencent à tomber.

par
Maria Pineiro
Images d’archive/photo prétexte
Images d’archive/photo prétexte Laurent Guiraud/TDG

Faire la fête au mépris des règles sanitaires peut coûter cher. Surtout si l’on est organisateur. Un Genevois vient d’en faire l’expérience. Le trentenaire avait mis sur pied une rave party sur les hauts de Blonay, dans le canton de Vaud, fin juillet. Selon l’ordonnance pénale, la fête a réuni au moins mille personnes. La «Tribune de Genève» révèle que l’organisateur a écopé de 1000 fr. d’amende.

Il n’est pas le seul à avoir été puni pour ce type de faits. Ainsi, deux dj ont reçu une amende de 1500 fr. chacun pour avoir réuni quelque 200 fêtards à Servion en juin 2020, avait rapporté «20minutes». Quant à la fête sauvage de Nouvel-An qui a vu se trémousser ensemble 200 à 300 personnes à Villeneuve (VD), elle est également dans le collimateur de la justice qui commence à infliger des sanctions.

Ton opinion

211 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Regulus

10.01.2021, 21:00

Mille francs c'est vraiment peu, mais le plus affligeant c'est de diffuser un espèce de bruit genre techno, house, rave, rap, qui les transforme en robots biologiques décérébrés. Mais bon ça donnera du job aux psy au moins...

Regulus

10.01.2021, 20:27

Mille francs c'est vraiment peu, mais le plus affligeant c'est de diffuser du bruit genre techno, house, rave, rap, qui les transforme en robots biologiques décérébrés. Mais bon ça donnera du job aux psy au moins...

Regulus

10.01.2021, 19:38

Mille francs c'est vraiment peu, mais le plus affligeant c'est de diffuser du bruit pourri genre techno, house, rave, rap, qui les transforme en robots biologiques décérébrés. Mais bon ça donnera du job aux psy au moins...