«MAUVAISE FOI»: Lorsque la religion est de (très) mauvaise foi

Actualisé

«MAUVAISE FOI»Lorsque la religion est de (très) mauvaise foi

Roschdy Zem passe pour la première fois derrière la caméra et réalise un véritable petit bijou.

Clara (Cécile de France) est juive, Ismaël (Roschdy Zem) est musulman. Ils forment un couple heureux et épanoui. Lorsque Clara tombe enceinte, c'est le plus beau jour de leur vie.

Tout va bien dans le meilleur des mondes, jusqu'à ce que leurs religions respectives ne viennent semer la zizanie... Celle-ci commence avec la présentation aux parents. Ceux de Clara s'attendent à voir un juif pratiquant qui saura perpétuer la tradition. La mère d'Ismaël, quant à elle, espère bien que sa future belle-fille soit une musulmane digne de ce nom.

Si au départ les deux protagonistes n'attachent pas d'importance à leur culture et à leur tradition d'origine, cela change vite avec l'arrivée prochaine du bébé. Ismaël souhaite lui donner un prénom arabe, Clara commence à orner leur appartement de gris-gris hébraïques. Bref, la famille tente de prendre le dessus, les amis commencent: c'est le clash.

Avant tout, Roschdy Zem a souhaité tourner un film sur le compromis. La mixité dont il parle pourrait être tout autre et porter sur les différences de classes, de nationalités, etc. En ayant coécrit le scénario avec Pascal Elbé, d'obédience juive, il ne tombe jamais dans les clichés. Il déclare: «Le couple mixte n'est pas un sujet grave en soi. S'il peut apparaître comme tel aujourd'hui, c'est parce qu'on est dans une période de repli communautaire et qu'on s'approprie un conflit (israélo-palestinien) qui a lieu à des milliers de kilomètres de chez nous.»

Mais l'excellent acteur français n'a pas cherché à réaliser un film politique. Il a juste tenté d'être «honnête et sincère», donc engagé, sans jamais donner de leçons. «Mauvaise foi» est aussi bourré de dérision et d'humour. Ce film est à l'image de sa filmographie: juste et réussi. Un début en tant que réalisateur très prometteur, même si la mise en scène semble parfois un peu trop facile.

Elsa Duperray

De Roschdy Zem, avec Roschdy Zem, Cécile de France

Ton opinion