Opérations marketing douteuses: Loteries illégales utilisées par de grandes sociétés
Actualisé

Opérations marketing douteusesLoteries illégales utilisées par de grandes sociétés

Les concours douteux se multiplient. Migros, Coop ou les CFF pris la main dans le sac.

par
Giuseppe Melillo

Les CFF ont lancé un concours par SMS surtaxé, ce qui est interdit si une participation gratuite n'est pas prévue. A Fribourg, Coop a offert à ses clients de rembourser leurs achats et de gagner 20 000 fr. par tirage au sort.

«Si on ne peut pas participer sans faire acte d'achat et que le hasard joue un rôle prépondérant, c'est une loterie illégale», précise Alain Jeanmonod, directeur de la Commission des loteries et des paris (Comlot). Celle-ci a ouvert en 2008 une trentaine de dossiers pour activités illégales.

Comment expliquer la multiplication des opérations marketing douteuses? «Les pénalités sont faibles en cas de condamnation: une amende de 10 000 fr. représente peu de chose face à la publicité engendrée par une polémique», ajoute-t-il. L'organisation controversée du concert des Rolling Stone par Migros est encore dans toutes les mémoires.

Aujourd'hui, un durcissement juridique est également réclamé par les cantons, qui critiquent aussi les jeux de hasard illégaux en ligne (75 millions de francs de revenus en Suisse en 2007, dont la collectivité ne touche rien). Ceux-ci présentent un risque de dépendance, dont les coûts peuvent atteindre 270 millions de francs par an.

Ton opinion