Ouragan: Lothar a eu un coût énorme, mais a profité à la nature
Actualisé

OuraganLothar a eu un coût énorme, mais a profité à la nature

Dix ans après l'ouragan Lothar, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) rappelle mercredi l'importance de la prévention: avec le réchauffement climatique, on doit en effet s'attendre à une recrudescence des violentes tempêtes.

Si Lothar a eu d'énormes conséquences économiques, du point de vue écologique en revanche, la tempête a contribué à la régénération des forêts et favorisé la diversité des espèces.

Le 26 décembre 1999, l'ouragan Lothar s'abattait sur la Suisse, faisant 14 victimes et causant d'énormes pertes matérielles. Les dégâts sur les bâtiments sont estimés à 600 millions de francs et ceux sur les forêts à 750 millions de francs. Pas moins de 10 millions d'arbres sont tombés, soit 13 millions de mètres cubes de bois.

L'arrivée brusque sur le marché d'une grande quantité de bois a fait s'effondrer les prix et plongé l'économie forestière dans la crise. La branche a bénéficié d'aides temporaires de la Confédération et des cantons et a dû se restructurer, un processus encore aujourd'hui en cours.

Lothar a également induit des coûts énormes: les forêts de protection ayant perdu une partie de leur fonction, il a fallu construire des ouvrages de protection. En beaucoup d'endroits, les travaux de reboisement et d'entretien des jeunes peuplements ne sont pas encore terminés, souligne l'OFEV. La Confédération, les cantons et les propriétaires forestiers ont beaucoup investi.

Régénération des forêts

Lothar a en revanche profité à la nature. La diversité des espèces s'est accrue sur les surfaces forestières où les arbres sont tombés. Principale raison à cela: le sol forestier reçoit plus de lumière, explique l'OFEV. Une impressionnante diversité de milieux naturels, et donc d'animaux et de plantes, s'est installée sur les surfaces endommagées n'ayant été que partiellement déblayées et reconstituées. En nombre d'endroits, le bois mort en grande quantité a ainsi permis de créer des réserves forestières.

Avec les changements climatiques, on doit s'attendre à une recrudescence des violentes tempêtes à l'avenir, souligne l'OFEV. C'est pourquoi il est important de définir une stratégie à long terme pour conserver des forêts diversifiées, vigoureuses et stables puisque les forêts mixtes semi-naturelles résistent généralement beaucoup mieux aux tempêtes.

(ap)

Ton opinion