New York: «Louer une mère» est désormais possible
Actualisé

New York«Louer une mère» est désormais possible

Une maman soixantenaire a décidé de lancer des consultations pour les jeunes adultes seuls... pour 40 dollars de l'heure.

par
Célia Héron
Une copie d'écran du site internet de Nina Keneally.

Une copie d'écran du site internet de Nina Keneally.

Voici peut-être le service qui incarne le paroxysme de «l'économie du partage». A 63 ans, Nina Keneally a beaucoup de patience, de l'expérience, et le sens des affaires. Cette maman de deux grands garçons a décidé de lancer à à Brooklyn (New York), une entreprise pas comme les autres: «Need a mom» ou «Besoin d'une maman» en français.

Concrètement, ses clients, principalement de jeunes adultes qui travaillent loin de leur famille ou de jeunes parents qui viennent lui poser des questions au sujet de leur enfant, paient 40 dollars de l'heure pour son écoute et ses conseils.

Celle-ci affirme à ABC News qu'après avoir payé pour une publicité dans le journal local, elle a été bombardée de demandes. Son site internet, en cours de construction, précise qu'elle a été une maman «pendant plus de trente ans» et liste ses services - même si elle tient à préciser qu'elle n'est ni psychologue ni médecin.

Une «maman» qui envoie des lettres

«Je peux comprendre leurs difficultés aussi bien que n'importe qui de mon âge» dit-elle, «la plupart (ndlr: des clients potentiels) ont des pères et mères aimants mais ces derniers ne comprennent pas toujours ce que c'est de vivre dans une ville et de garder ses ambitions. Ça prend beaucoup d'énergie».

Une jeune femme, selon elle, lui a simplement demandé de rester à ses côtés pendant que celle-ci triait ses vêtements pour offrir un conseil «sans la juger» au sujet de ce qu'elle devrait garder ou jeter.

Un autre «client» a proposé de payer Nina Keneally pour entretenir avec elle ou lui une correspondance postale. Ses tarifs seront possiblement ajustables pour ceux qui n'auraient pas les moyens de s'offrir ses services: une femme d'affaires, oui, mais aussi et surtout «une mère», explique-t-elle.

Ton opinion