Etats-Unis: Louisville prépare les obsèques de Mohamed Ali
Actualisé

Etats-UnisLouisville prépare les obsèques de Mohamed Ali

La ville américaine préparait activement lundi les obsèques hors norme de Mohamed Ali.

1 / 68
La mégastar de la NBA LeBron James va faire un don de 2,5 millions de dollars pour financer une exposition dans un musée de Washington retraçant la vie de la légende de la boxe Mohamed Ali, décédé en juin. (Jeudi 17 novembre 2016)

La mégastar de la NBA LeBron James va faire un don de 2,5 millions de dollars pour financer une exposition dans un musée de Washington retraçant la vie de la légende de la boxe Mohamed Ali, décédé en juin. (Jeudi 17 novembre 2016)

Reuters
Louisville devrait reprendre sa vie normale, dès samedi. Mais l'esprit du boxeur sera toujours là. (10 juin 2016)

Louisville devrait reprendre sa vie normale, dès samedi. Mais l'esprit du boxeur sera toujours là. (10 juin 2016)

kein Anbieter
Louisville devrait reprendre sa vie normale, dès samedi. Mais l'esprit du boxeur sera toujours là. (10 juin 2016)

Louisville devrait reprendre sa vie normale, dès samedi. Mais l'esprit du boxeur sera toujours là. (10 juin 2016)

AFP

Ces funérailles se dérouleront vendredi en présence d'une foule immense, dans un esprit d'oecuménisme et sous l'oeil du monde entier, ont insisté les organisateurs. Cet événement adressera un message universel de paix selon les volontés mêmes du boxeur de légende.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan fera le déplacement dans cette ville du Kentucky, au centre des Etats-Unis, où le géant noir a passé sa jeunesse.

Ali a tout préparé

L'enfant du pays, devenu à un moment de sa vie l'homme immédiatement reconnaissable par le plus d'habitants des cinq continents, a lui-même veillé aux détails de ses obsèques.

Après avoir lutté trois décennies contre la maladie de Parkinson, celui qui était né Cassius Clay s'est éteint vendredi à 74 ans à Phoenix. Sa dépouille a été rapatriée dimanche par avion à Louisville.

«Je suis soulagée de savoir qu'il ne souffre plus», a déclaré lundi Laila Ali, une des filles de «The Greatest». «Quand je pense à mon père, je pense à Nelson Mandela», a-t-elle confié sur l'antenne d'ABC. Bob Gunnell, porte-parole de la famille, a confirmé que «The Champ» (Le Champion) «désirait que ses obsèques reflètent sa vie». «Il voulait que tout le monde puisse y assister. Il était le champion du peuple», a dit Bob Gunnell.

Mohamed Ali est notamment vénéré dans tout le monde islamique pour s'être converti à la foi musulmane en 1964 et avoir défendu les valeurs pacifiques et universelles de l'islam tout au long de sa vie.

Visiteurs du monde entier

Des visiteurs du monde entier sont attendus en fin de semaine à Louisville, ville qui a l'habitude de gérer d'importantes foules en organisant chaque année le Kentucky Derby, l'une des courses hippiques les plus réputées d'Amérique.

Mais les obsèques d'Ali seront de l'avis même du maire, Greg Fischer, «quelque chose de probablement inédit». Les habitants de Louisville et les autres fans de Mohamed Ali, quelle que soit leur religion, sont invités à participer dès jeudi à une prière musulmane au Freedom Hall.

C'est dans cette salle accueillant 18'000 personnes que le boxeur a livré son dernier combat à Louisville, battant Willi Besmanoff le 29 novembre 1961. Le lendemain, vendredi, une grande procession traversera la ville, dont plusieurs des artères portent déjà le nom de Mohamed Ali.

Anti-Trump

«Le message qui sera adressé est celui voulu par le Champion lui-même, son dernier message à la planète Terre», a affirmé lundi Timothy Gianotti, un spécialiste de l'islam qui participe aux préparatifs.

A une époque où les musulmans sont souvent caricaturés en Amérique, notamment par le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump, certains ont émis le souhait que l'enterrement de Mohamed Ali envoie un puissant signal opposé. Mais Bob Gunnell a refusé d'entrer dans ces considérations. «Cela n'a rien à voir avec la politique. Cela à voir avec la façon dont Mohamed Ali a passé sa vie». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion