Actualisé

SuisseLoup: les juges n'entrent pas en matière

Le spécialiste du loup Jean-Marc Landry s'estimait victime de harcèlement de la part d'un éleveur de chèvres français.

L'éleveur avait réalisé le film «En quête de loup: un documentaire mensonger et tronqué» en réaction à la diffusion sur France 3 du documentaire «En quête de loup» de Jean-Marc Landry.

L'éleveur avait réalisé le film «En quête de loup: un documentaire mensonger et tronqué» en réaction à la diffusion sur France 3 du documentaire «En quête de loup» de Jean-Marc Landry.

Keystone

Le Tribunal fédéral n'entre pas en matière sur un recours de Jean-Marc Landry faute de motivation suffisante. Le spécialiste du loup s'estime victime de harcèlement de la part d'un éleveur de chèvres français.

Jean-Marc Landry a déposé plainte en 2017 contre l'éleveur pour calomnie, subsidiairement diffamation et injures. Les deux hommes se sont affrontés, par documentaires interposés, sur les mesures de protection des troupeaux par des chiens de berger. L'éleveur avait réalisé le film «En quête de loup: un documentaire mensonger et tronqué» en réaction à la diffusion sur France 3 du documentaire «En quête de loup» de Jean-Marc Landry.

Dans un arrêt communiqué vendredi par l'Association romande pour un territoire sans grands prédateurs (ARsansGP) qui a soutenu l'éleveur, le Tribunal fédéral emboîte le pas de la justice valaisanne. Cette dernière n'était pas entrée en matière sur la plainte de Jean-Marc Landry.

Certificat médical

La Cour de droit pénal rappelle que le recourant doit expliquer dans son mémoire quelles prétentions civiles il entend invoquer dans la procédure devant le Tribunal fédéral. En l'espèce, le spécialiste du loup a produit un certificat médical mentionnant un état de stress et d'angoisse. Pour les juges, l'atteinte à la santé n'atteint pas une gravité nécessaire pour prétendre à une indemnité pour tort moral.

La perte de chiffre d'affaires mentionnée par Jean-Marc Landry résultant de la résiliation de certains mandats ou partenariats constitue un dommage indirect des agissements qu'il dénonce. Elle ne suffit pas pour fonder sa qualité pour agir.

Le Tribunal fédéral ne s'est pas prononcé sur le fond de la polémique opposant les deux hommes, à savoir l'efficacité des mesures de protection des moutons. (arrêt 6B_17/2020 du 7 avril 2020) (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!