Mexique – L’ouragan Pamela provoque des dégats mineurs
Publié

MexiqueL’ouragan Pamela provoque des dégâts mineurs

Son passage dans plusieurs États mexicains s’accompagne toutefois de risques de glissements de terrain et de crues subites.

Le 12 octobre 2021, une employée se prépare au passage de «Pamela», à Culiacan, dans l’État de Sinaloa, au Mexique.

Le 12 octobre 2021, une employée se prépare au passage de «Pamela», à Culiacan, dans l’État de Sinaloa, au Mexique.

AFP

L’ouragan Pamela a été rétrogradé au niveau d’une tempête tropicale après avoir touché terre mercredi sur la côte pacifique du Mexique, où il n’a provoqué que des dégâts mineurs. Dans la nuit de mardi à mercredi (à 14h00, heure suisse), Pamela a touché terre sur la côte ouest comme un ouragan de force 1 sur l’échelle de Saffir Simpson qui en compte 5, d’après le Centre national des ouragans des États-Unis (NHC).

En s’enfonçant dans les terres, Pamela s’est affaibli au niveau d’une tempête tropicale, avec tout de même des vents de 120 km/heure, selon le NHC. La tempête se déplaçait vers le nord-ouest et les États-Unis à 37 km/heure, de même source.

Des arbres ont été arrachés et des rues inondées à Mazatlan, la ville portuaire d’environ 500’000 habitants touchée par Pamela, a constaté un photographe de l’AFP. Des équipes de secours sont venues en aide aux victimes d’inondations, d’après des images diffusées par La protection civile de l’État de Sinaloa.

Risque de crues

Mardi, 16 touristes américains se sont retrouvés coincés à l’aéroport local en raison de l’annulation de leur vol vers Dallas, Phoenix et Los Angeles. Ils ont été mis à l’abri dans des refuges, d’après le coordinateur de la protection civile, Eloy Ruiz.

Le centre de l’ouragan s’est abattu sur la ville d’Estacion Dimas, 3500 habitants environ, vers 12h00 GMT (14h00, heure suisse), à environ 65 kilomètres au nord du port de Mazatlan, dans l’État de Sinaloa (nord-ouest), avec des vents soutenus de 120 km/h. Les prévisions initiales du NHC laissaient présager «un ouragan majeur en arrivant sur la côte centre-ouest du Mexique continental».

Le NHC a néanmoins mis en garde contre une menace «significative» de crues subites et de glissements de terrain lors de la traversée de Pamela dans plusieurs États mexicains (Sinaloa, Durango et Nayarit). Le centre a également averti d’un risque de vagues «importantes et destructrices» suscitant des inondations côtières.

Direction les États-Unis

L’ouragan devrait ensuite faiblir en tempête tropicale en poursuivant sa route vers le nord-est. Elle pourrait toucher le Texas et l’Oklahoma tard mercredi et jeudi, avec la menace d’«impacts considérables», d’inondations subites et urbaines.

En raison de sa localisation, le Mexique est fréquemment touché par des tempêtes tropicales et des ouragans, sur ses côtes pacifique comme atlantique. Fin août, un jeune Espagnol est mort dans l’effondrement d’un hôtel dans une station balnéaire et une femme a été portée disparue dans l’État de Jalisco (Ouest) après le passage de l’ouragan Nora. Une semaine auparavant, l’ouragan Grace de catégorie 3 avait touché terre à Veracruz (Est) et fait au moins onze morts dans cet État et celui de Puebla (centre).

En septembre, l’ouragan Olaf qui avait touché terre à Los Cabos en Basse-Californie du Sud avait provoqué de fortes précipitations et des dégâts mineurs. L’influence du réchauffement climatique sur le déclenchement des tempêtes tropicales n’est pas établie, mais l’augmentation de la température des mers leur fournit du «carburant» qui renforce leur intensité.

(AFP)

Ton opinion