Actualisé

«Love, et autres drogues»Love story en petite tenue

La comédie romantique «Love, et autres drogues» est un film qui doit son charme à ses interprètes principaux.

par
Gabriel Lecomte/ffe

Un représentant en produits pharmaceutiques (antidépresseurs et dopants sexuels) s'éprend d'une jeune femme atteinte de la maladie de Parkinson... Précédé d'une rumeur sulfureuse, «Love, et autres drogues» chatouillera la pudibonderie américaine avec quelques bouts de seins et paires de fesses. Pas de quoi fouetter un chat chez nous. Heureusement Jake Gyllenhaal et Anne Hathaway ont d'autres atouts à faire valoir dans cette variation sur «Love Story».

Trois questions à Anne Hathaway

- Ce rôle est-il votre plus grand défi?

- Incarner un personnage aussi à l'aise avec sa sexualité est une expérience nouvelle pour moi. Je suis habituée à jouer avec ma tête.

- Jouer complètement nue, c'est gênant?

- Au début, me mettre à poil devant des gens que je connaissais à peine était ultra gênant. Mais l'histoire du film le justifiait, j'ai dû me montrer professionnelle et oublier mes complexes. Cela fait partie du métier.

- Avez-vous dit oui aux scènes de sexe parce que vous aviez déjà travaillé avec Jake?

- Non, je ne choisis pas mes rôles en fonction de mes partenaires mais tourner avec Jake a facilité les choses. Je savais que je m'entendais bien avec lui, il avait été un gentleman dans une scène similaire dans «Le Secret de Brokeback Mountain».

«Love, et autres drogues»

D’Edward Zwick. Avec Jake Gyllenhaal, Anne Hathaway.

Sortie le 29 décembre 2010.

**

Trois questions à Jake Gyllenhaal

- Pourquoi ce rôle est-il un tournant dans votre carrière?

- J’ai toujours cru que pour être un bon acteur je devais me cantonner à des rôles dramatiques. Pourtant, je me sens plus libre en jouant dans une comédie.

- C’est la première fois qu’on vous voit nu dans des scènes torrides. Cette expérience vous a-t-elle libéré pour vos prochains films?

- Je ne dirais pas que les scènes de sexe avaient quelque chose de libérateur, non. Etre nu et faire l’amour au cinéma est une expérience compliquée, difficile à décrire.

- Jouer avec Anne vous a aidé?

- Absolument. Dès notre première scène dans «Le Secret de Brokeback Mountain», le courant entre nous était incroyable. Elle sait improviser. Et lorsqu’elle devait être nue dans une scène, elle n’en faisait pas toute une histoire.

Propos recueillis par Gabriel Lecomte

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!