Genève: Loyers abusifs des prostituées: quittances exigées
Actualisé

GenèveLoyers abusifs des prostituées: quittances exigées

L'Etat va demander aux patrons de salons de massage de fournir des reçus des loyers perçus à leurs employées travailleuses du sexe. Une façon de lutter contre les loyers trop élevés.

par
hdc
Un loyer de 100 francs par jour pour une chambre était considéré comme raisonnable par la justice genevoise, il y a 2-3 ans.

Un loyer de 100 francs par jour pour une chambre était considéré comme raisonnable par la justice genevoise, il y a 2-3 ans.

Pour lutter de manière efficace contre les loyers abusifs, le Conseil d'Etat va désormais exiger des patrons de salons de massage qu'ils fournissent aux personnes qui se prostituent des quittances détaillées, avec indication des montants encaissés pour leur logement.

Cette mesure, annoncée par le gouvernement la semaine dernière, tombe peu après une interpellation du maire de Genève Rémy Pagani au procureur général, à propos des loyers surélevés pratiqués aux Pâquis, indique la «Tribune de Genève». Ce n'est qu'un «hasard du calendrier», précise toutefois le Département de la sécurité, chargé de la mise en application de ce nouveau règlement.

Si un tenancier n'est pas en mesure de présenter ces quittances à la police, ils s'exposera à des sanctions administratives. Une fermeture d'établissement pourrait alors même être envisagée.

Ton opinion