Actualisé 19.01.2011 à 21:34

Logement à Genève

Loyers libres: fin des passe-droits

La gestion du parc immobilier de la Ville de Genève suscite nombre d'interrogations, tant dans l'attribution des appartements que des loyers pratiqués.

de
dti
Certains immeubles de la Ville comportent de très grands appartements souvent sous occupés. (Photo: tpi)

Certains immeubles de la Ville comportent de très grands appartements souvent sous occupés. (Photo: tpi)

«A l'époque, j'ai carrément négocié par téléphone le loyer de mon duplex de 7 pièces, se marre un avocat. Le locataire précédent payait 2000 francs, j'en ai proposé 3500. Cela a été accepté et c'est que je paie actuellement».

Globalement, les montant des loyers sont étonnants. En Vieille-Ville, certains locataires paient 2500 fr. par mois un 4 pièces, d'autres 4500 leur 10 pièces. «Une régie privée doublerait le prix de mon loyer, elle trouverait aisément des locataires», dit-il encore.

En outre, certains appartements de 8 pièces, voire plus, sont clairement sous occupés. Les loyers sont, eux, fixés selon des critères pour le moins curieux.

Plus de petits arrangements

Face à ces interrogations, la Gérance immobilière municipale (GIM), propriétaire et gestionnaire du parc immobilier de la Ville, reconnaît ces dysfonctionnements. «Par le passé, il y a eu effectivement plusieurs cas choquants, voire scandaleux. Il faut dire que, contrairement aux logements sociaux, il n'y a jamais eu de conditions particulières pour l'octroi des logements à loyer libre. Mais l'époque des passe-droits et des petits arrangements à la GIM est révolue. Cela vaut aussi pour le loyer libre», explique Cédric Waelti.

Le porte-parole du département des finances et du logement rappelle que Sandrine Salerno, magistrate en charge du dossier, a hérité de cette situation particulière et que sa priorité a été de réglementer le logement social «Depuis avril 2007, seuls 51 logements en loyer libre sur 248 ont été attribués, conclut Cédric Waelti. Le prix moyen de location est de 5200 fr. la pièce par an».

Le logement social prioritaire

Le parc immobilier de la Ville de Genève compte quelque 5000 logements sociaux, contre 250 en loyer libre, dont une vingtaine comportent plus de 7 pièces. A son arrivée à la tête du Département des finances et du logement, en 2007, la socialiste Sandrine Saleno s’est attelée en priorité à la rédaction d’un «règlement fixant les conditions de location des logements à caractère social», entré en vigueur le 8 avril 2009. Un règlement sur le loyer libre est en gestation.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!