Challenge League: LS à un point de la promotion directe
Actualisé

Challenge LeagueLS à un point de la promotion directe

Le Lausanne-Sport s'est imposé 2-0 face à Vaduz à la Pontaise. Servette ayant battu Chiasso 3-0, les deux clubs romands se disputeront la promotion directe mercredi.

par
Marc Fragnière
Lausanne
Guillaume Katz a ouvert le score à la 37ème minute.

Guillaume Katz a ouvert le score à la 37ème minute.

Il ne manque mathématiquement plus qu'un point à Lausanne pour retrouver une élite quittée en 2002. Il s'agira pour les Vaudois d'aller chercher cette unité mercredi face à Bienne sur la Gürzelen.

Désormais, seul un revers sur le terrain seelandais peut empêcher les Lausannois de monter directement en Super League. En cas de défaite face aux Bernois et de succès des Servettiens à Yverdon, LS se verrait barré par des Genevois au bénéfice d'une meilleure différence de buts.

Samedi soir, face à un FC Vaduz venu à la Pontaise pour uniquement spéculer sur le contre, Lausanne n'a pas déçu les 10'500 spectateurs qui avaient fait le déplacement du Stade Olympique. Il a toutefois fallu attendre la 37e pour que les Vaudois prennent un avantage mérité.

Sur un coup-franc de l'artificier Marazzi, Katz s'élevait plus haut que tout le monde pour faire chavirer les tribunes de bonheur. Lancé, le LS aurait pu rejoindre son vestiaire avec un avantage de deux goals si Avanzini n'avait pas échoué devant Faivre à la 44e. La 2e période aurait pu être la copie conforme de la première, avec des Lausannois toujours entreprenants mais incapables de traduire leur domination sur le plan comptable. Le duo Marazzi - Roux a par deux fois (53e et 58e) failli donné un avantage incontestable au LS, mais pour une raison de cm, la cage de Faivre est restée inviolée.

On a cru que les Vaudois avaient laissé passer leur chance lorsque Vaduz a soudainement sorti la tête de l'eau, entre la 65e et la 80e. Invisible jusqu'alors, la formation de la Principauté s'est réveillée. Burgmeier a d'abord failli profiter d'une mésentente de l'arrière-garde lausannoise (77e) avant que Merenda, nouvellement entré, ne puisse que frôler le ballon à la 80e. Alors que Lausanne, pourtant si serein auparavant, semblait subir le jeu, c'est Silvio qui d'une tête rageuse propulsait le ballon hors de portée de Faivre pour assurer le succès des Vaudois.

YS déjà relégué depuis un certain temps, l'autre point fort de cette fin de saison est la lutte pour éviter la seconde place direction la 1re ligue. A ce petit jeu, Schaffhouse est le grand perdant, battu 3-2 par le Stade Nyonnais et contraint de faire la culbute. Pour le plus grand bonheur de Locarno, qui se maintient après s'être imposé 3-2 contre Delémont.

Résultats, 29e journée:

Aarau - Yverdon 2-1 (2-0). Kriens - Wil 1-3 (0-2). Lausanne - Vaduz 2-0 (1-0). Locarno - Delémont 3-2 (2-1). FC Schaffhouse - Stade Nyonnais 2-3 (0-1). Servette - Chiasso 3-0 (2-0). Winterthour - Bienne 1-0 (0-0). Lugano - Wohlen 1-1 (0-1).

Classement (29 Matches chacun):

1. Lausanne 62. 2. Servette 59 (73-27). 3. Lugano 59 (54-34). 4. Vaduz 57. 5. Wil 43 (43-41). 6. Stade Nyonnais 43 (43-49). 7. Chiasso 40 (34-38). 8. Delémont 40 (46-57). 9. Bienne 39. 10. Aarau 36. 11. Wohlen 34. 12. Winterthour 32 (41-49). 13. Kriens 32 (26-50). 14. Locarno 31. 15. FC Schaffhouse 26* . 16. Yverdon 20* .

= relégués en 1re ligue

Lausanne - Vaduz 2-0 (1-0)

Pontaise. 10'500 spectateurs.

Arbitre: Jaccottet.

Buts: 37e Katz 1-0. 81e Silvio 2-0.

Note: 92e tir sur le poteau de Pasche (Lausanne).

Ce qu'ils ont dit:

Nicolas Marazzi: "Mes deux assists? C'est mon boulot! On sait qu'on peut gagner un match sur des coups de pieds arrêtés. On le travaille à l'entraînement, les veilles, parfois les avant-veilles des rencontres. Les deux buts proviennent plus de la rage de ceux qui sont à la réception que de la précision de mes centres. Ce soir, on voulait gagner sans s'occuper des résultats des autres équipes. On va aller à Bienne dans le même état d'esprit, histoire d'être maîtres de notre destin jusqu'au bout".

Jocelyn Roux: "Pour l'instant on n'a rien dans les mains. Alors on va faire comme d'habitude, bien récupérer et préparer soigneusement le match de mercredi à Bienne. C'est bien de savoir que nous serons au minimum barragistes, mais on a envie de terminer le travail. Seule la première place nous intéresse. Ce serait une déception pour nous si nous étions contraints de disputer le barrage. Il nous reste la dernière marche, et c'est forcément la plus difficile, d'autant plus que Bienne ne va pas nous offrir quoique ce soit. Ce soir, les Liechtensteinois nous ont posé des problèmes sur le plan physique. C'était un gros défi, on y a répondu. Jusqu'ici dans ce deuxième tour, on a tout bien géré, hormis le match face à Servette. Au premier tour, notre pierre d'achoppement avait été Vaduz, cette fois on a réussi à les faire déjouer. C'est notre solidarité qui a fait la différence. C'est cet état d'esprit qui nous permettra aussi de venir à bout de Bienne."

Jean-François Collet, président du LS: "Ce succès est magnifique. C'est ce que l'on attendait. On voulait continuer d'avoir notre destin entre nos mains. Aujourd'hui, on est au pire barragiste, mais cette deuxième place, je ne veux même pas l'envisager! On va aller à Bienne pour terminer notre travail et accéder à la promotion directe. On sait que ce ne sera pas une partie de plaisir. Les gens qui pensent que ce ne sera qu'une formalité de réaliser un point là-bas se trompent. Ce match sera une partie de Coupe entre deux formations férues à ce type de rencontre. Il est encore trop tôt pour parler de budget, on en discutera dès mercredi soir, je l'espère. Le public? oui c'est formidable de pouvoir susciter l'engouement de 10'500 personnes. Mais on aimerait pouvoir compter sur eux durant toute la saison, pas seulement lorsqu'on joue pour la montée. Et puis lorsqu'il y a de l'effervescence comme actuellement, les critiques pleuvent au moindre pas".

Martin Rueda, entraîneur du LS: "Lorsqu'on avait 14 points de retard, j'ai toujours dit qu'on pouvait encore y arriver, alors c'est pas aujourd'hui que je vais commencer à douter. Seulement, on ne veut pas spéculer, alors je ne vais pas vous chiffrer le pour-cent de chances d'ascension directe qui est le nôtre ce soir. Nous nous rendrons à Bienne, notre destin entre nos mains. Les joueurs et moi-même avons le devoir de faire le nécessaire pour obtenir la promotion directe. L'ambiance ce soir? Chaque footballeur rêve de vivre ce genre de moment, de se battre pour un "hit" de cette espèce. Mais il reste un match à jouer mercredi. Il ne faut pas céder à l'euphorie. Ce soir, on a eu des difficultés (n.d.l.r: entre la 65e et la 80e) mais on n'a pas cédé. On a été très solides défensivement. C'est le résultat d'un état d'esprit, d'une volonté."

Ton opinion