GP d'Europe: Luca Badoer remplacera Felipe Massa chez Ferrari
Actualisé

GP d'EuropeLuca Badoer remplacera Felipe Massa chez Ferrari

Alors que le très attendu Michael Schumacher, au cou fragile, a dû renoncer au Grand Prix d'Europe dimanche à Valence, c'est finalement le sympathique mais anonyme Luca Badoer qui remplacera Felipe Massa chez Ferrari.

Pour le désespoir de la planète Formule 1.

«Nous étions tous très excités de voir Michael Schumacher courir. C'était très bon pour le sport d'avoir un autre champion sur la piste», a estimé le leader du championnat Jenson Button (Brawn GP), rappelant qu'»il y en a déjà trois» cette saison (Alonso, Raikkonen et Hamilton).

«C'était en ce qui me concerne une vraie opportunité car j'arrive maintenant en F1. Michael a toujours été une référence pour les jeunes pilotes et particulièrement pour moi», a poursuivi le débutant Jaime Alguersuari (Toro Rosso).

Mais le plus élogieux a été le champion en titre, qui a regretté l'absence d'»une légende de la piste». «Cela aurait été une privilège et un honneur pour nous de nous battre contre lui», a ainsi remarqué Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes).

Pas un mot des pilotes interrogés sur Luca Badoer, honnête pilote-essayeur de Ferrari, à la carrière aussi courte qu'improductive en F1. Face au sept titres du Kaiser, ses 49 courses au volant de voitures peu performantes (Minardi, Forti Corse), pour zéro point inscrit - un triste record - ne pèsent en effet guère lourd.

L'Italien, qui s'est dit «également un grand fan» de Schumacher, est le premier à en convenir. «C'était aussi très bon pour moi de le revoir sur la piste, d'autant qu'on a passé beaucoup de temps ensemble ces derniers jours», a estimé Badoer.

«Moments étranges»

«Nous nous nous sommes entraînés ensemble. Nous avons été faire du karting ensemble. Nous sommes de très bons amis. Nous avons vécu ces moments étranges ensemble», a-t-il commenté.

«Il a fait beaucoup d'efforts. Il s'est beaucoup entraîné, en poussant à 100%. Il a perdu 3 kilos en une semaine. Il a tout essayé. Mais il n'a pas réussi», a raconté Luca Badoer. Des douleurs au cou, conséquence d'une chute à moto en février, ont privé l'Allemand de son retour.

Or Schumacher comme lui savaient «dès le départ que ce serait l'un ou l'autre» qui reprendrait le baquet de Massa, gravement blessé en juillet à Budapest, a révélé l'Italien. La chance a cette fois-ci tourné de son côté.

A 38 ans, Badoer, qui refuse de se considérer comme un «second choix», se sent donc prêt à vivre «le rêve de sa vie» : «Rouler dans une Ferrari en Formule 1». «Maintenant, je suis le pilote le plus heureux du monde !», s'est-il exclamé.

«D'un calme surprenant», selon ses dires, l'Italien dit ne pas ressentir de pression. «Pour moi, Valence est une course dans laquelle je dois tout apprendre. Je dois utiliser les essais, les qualifications, et même la course» pour se faire à sa monture, a-t- il avancé.

«Si je n'avais que Valence, je serais stressé, inquiet. J'essayerais de faire le maximum. J'aurais beaucoup de pression. Mais ce n'est pas le cas. Tant que Felipe ne sera pas de retour, ce sera moi», a remarqué Badoer, qui compte tirer profit de son expérience.

«J'ai lu dans les journaux que ma dernière course s'est déroulée au Japon» en 1999, a-t-il souri. «C'était il y a dix ans. Mais dans ce laps de temps, j'ai fait plus de 150.000 kilomètres en Formule 1 !»

«Je suis habitué à faire pas seulement une course, mais deux dans la journée. Je suis dans une meilleure position que quelqu'un qui débute», a affirmé Luca Badoer. Mais de là à faire oublier Schumacher, il y a encore un monde.

(ats)

Ton opinion