Coronavirus: L’UDC dépose ses pétitions anti-confinement à Berne
Publié

CoronavirusL’UDC dépose ses pétitions anti-confinement à Berne

Le parti a remis à la Chancellerie ses deux textes qui réclament que les restrictions soient assouplies dès le 1er mars.

L’UDC a déposé lundi à Berne ses deux pétitions au sujet du coronavirus. Plus de 295’000 personnes ont signé les textes «Lockdown stop» (Stopper le confinement) et «Des bistrots pour les travailleurs», rappelle le parti, qui souligne que les paraphes ont été obtenus en quelques semaines seulement.

«La constante prolongation de cette mauvaise politique Covid-19 doit cesser immédiatement», a indiqué Marco Chiesa, président de l'UDC Suisse, lors de la remise des signatures à la Chancellerie fédérale. «Il faut que la population puisse, dès le 1er mars prochain, revivre à peu près normalement en respectant les concepts de protection qui ont fait la preuve de leur efficacité», estime-t-il. «Le vif succès rencontré par ces pétitions montre que la population n’accepte plus de se subordonner à un virus. Nous avons le droit et aussi le devoir de vivre et de travailler en liberté», a affirmé le conseiller aux États tessinois.

Les pétitions ont été déposées par la plateforme politique interpartis «Schwiiz Brandaktuel» (Suisse – actualité brûlante), la conseillère nationale UDC Monika Rüegger et l'UDC Suisse. Les pétitionnaires exigent que les restrictions soient immédiatement assouplies, mais en respectant les concepts de protection et en préservant efficacement les groupes à risque.

Des «dommages énormes»

Pour l’UDC, la politique Covid-19 menée sous la direction du ministre de la santé Alain Berset est préjudiciable à la Suisse. Un nombre croissant d’habitants du pays rejettent les mesures excessivement dures et veulent retrouver leur liberté, souligne le parti. En outre, tous les indicateurs-clés concernant la pandémie sont en baisse. Pourtant, la fin du confinement n’est pas envisagée, déplore le parti. La politique du Conseil fédéral provoque des dommages énormes, estime-t-il, en dénonçant une «majorité de centre-gauche» du gouvernement. Pour rappel, le Conseil fédéral se compose de deux membres UDC, deux PLR, deux socialistes et 1 PDC.

Soutenue par l'UDC Suisse, la pétition «Lockdown stop» a été lancée mi-janvier par «Schwiiz Brandaktuell». Durant les cinq premiers jours, la pétition a récolté 50’000 signatures. La conseillère nationale Monika Rüegger (OW) a fait la même expérience. Sa pétition «Des bistros pour les travailleurs» a recueilli plus de 50’000 paraphes en seulement huit jours. Le texte exige que les restaurants puissent ouvrir et agir comme des cantines.

(cht)

Ton opinion

762 commentaires