24.07.2020 à 08:18

Genève

L’UDC et le MCG refusent d’aider les travailleurs au noir

Les partis ont expliqué le pourquoi de leur référendum contre la loi permettant d’indemniser les laissés-pour-compte de la crise du covid-19.

La loi combattue a pour but d’aider les démunis, notamment ceux qui ont fait la queue aux Vernets pour obtenir des colis alimentaires.

La loi combattue a pour but d’aider les démunis, notamment ceux qui ont fait la queue aux Vernets pour obtenir des colis alimentaires.

keystone-sda.ch

Le MCG et l’UDC ont expliqué jeudi pour quelles raisons ils combattent la loi ouvrant la voie à une indemnisation des travailleurs précaires laissés sans ressources par la crise du covid-19. Les deux partis avaient déposé mi-juillet un référendum contre ce texte voté fin juin par le Grand Conseil. Le dispositif prévoit une indemnité plafonnée à 4000 francs par mois, couvrant la période du 17 mars au 16 mai, pour les personnes qui n’ont pas eu droit aux autres aides publiques. Autrement dit, il s’adresse en partie aux travailleurs au noir, notamment aux clandestins. Ce fonds spécial doit être doté de 15 millions de francs.

Les deux partis ont indiqué combattre cette solution en raison de leur opposition totale et de principe au travail au noir, a rapporté la «Tribune de Genève». Ils estiment que ce n’est pas à l’Etat de se substituer aux employeurs indélicats qui ont laissé leurs employés sans revenu, et que ce texte donne un mauvais signal. Ils contestent également le fait que les indemnités puissent être versées sur la seule foi des déclarations des demandeurs. Le MCG aurait préféré que l’aide soit conditionnée (ainsi que le souhaitait le PLR) à la dénonciation de l’employeur fautif. Les référendaires ont jusqu’au 14 septembre pour obtenir 5370 signatures. (jef)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!