L’UE propose de plafonner le prix du gaz

Publié

Crise énergétique L’UE propose de plafonner le prix du gaz: «Absurde», selon Poutine

La présidente de la Commission européenne a proposé aux Etats membres une solution, afin de «réduire les revenus de la Russie». Absurde, selon le président russe.

C’est dans ce contexte de bras de fer que la Russie a annoncé la semaine dernière la fermeture des vannes du gazoduc Nord Stream. 

C’est dans ce contexte de bras de fer que la Russie a annoncé la semaine dernière la fermeture des vannes du gazoduc Nord Stream. 

AFP

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé mercredi aux Etats membres un plafonnement du prix du gaz russe livré à l’UE, afin de «réduire les revenus de la Russie».

«Nous devons réduire les revenus de la Russie que Poutine utilise pour financer cette guerre atroce contre l’Ukraine», a-t-elle déclaré. «Au début de la guerre, le gaz russe par gazoduc représentait 40% de tout le gaz importé. Aujourd’hui, il n’en représente que 9%», a précisé la responsable.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. 

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. 

AFP

Bruxelles a aussi proposé de plafonner les revenus des entreprises produisant de l’électricité avec le nucléaire et les renouvelables, et de réclamer une «contribution de solidarité» aux groupes gaziers et pétroliers, afin d’aider ménages et entreprises face à la flambée des factures énergétiques.

Les producteurs d’électricité «à faible teneur en carbone réalisent des revenus massifs» gonflés par l’envolée de tarifs indexés sur ceux du gaz, «et nous proposerons donc de réorienter ces bénéfices inattendus pour soutenir les personnes et les entreprises vulnérables», a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Elle a appelé par ailleurs à prélever une partie des «bénéfices massifs des entreprises de combustibles fossiles».

Une décision stupide, estime Poutine

Mais au moment où les Occidentaux travaillent à une telle mesure, la Russie affirme qu’elle ne livrera plus de pétrole ou de gaz aux pays qui plafonneraient les prix des hydrocarbures vendus par Moscou.

Plafonner les prix «serait une décision absolument stupide», a lancé Vladimir Poutine lors d’un forum économique à Vladivostok (Extrême-Orient russe). «Nous ne livrerons rien du tout si c’est contraire à nos intérêts, en l’occurrence économiques. Ni gaz, ni pétrole, ni charbon. Rien», a-t-il ajouté, tout en se défendant d’utiliser l’énergie comme une «arme» face à l’Europe qui craint des pénuries.

Il a également précisé que rien ne sera vendu en dehors du cadre des contrats signés avec les pays importateurs. «Ceux qui essaient de nous imposer quelque chose ne sont pas en mesure aujourd’hui de nous dicter leur volonté.»

Selon le président russe, les Européens, confrontés à une envolée des prix, «ont plusieurs solutions: soit subventionner les prix élevés (de l’énergie), soit réduire la consommation». «D’un point de vue économique, c’est correct. Mais d’un point de vue social, c’est dangereux. Cela peut provoquer une explosion», a-t-il mis en garde.

Nord Stream, «pas une arme»

C’est dans ce contexte de bras de fer que la Russie a annoncé, la semaine dernière, la fermeture des vannes du gazoduc Nord Stream, qui dessert l’Allemagne et plusieurs pays européens, invoquant des raisons techniques.

Selon le géant russe Gazprom, cette interruption prolongée est due à la nécessité de réparer une turbine du gazoduc. Cette décision a renforcé les craintes des pays européens d’une coupure totale du gaz russe vers le continent à l’approche de l’hiver et sur fond d’inflation galopante des prix de l’énergie. Le président russe a démenti mercredi que Moscou utilisait l’énergie comme une «arme» contre l’Europe.

(AFP)

Ton opinion

54 commentaires