Guerre en Ukraine: L’UE soutiendra Kiev «aussi longtemps qu’il le faudra»

Publié

Guerre en Ukraine L’UE soutiendra Kiev «aussi longtemps qu’il le faudra»

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a promis jeudi, lors d’une visite à Kiev, que l’UE soutiendrait l’Ukraine «aussi longtemps qu’il le faudra» face à la Russie. 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. 

AFP

La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, s’est entretenue à Kiev avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et le Premier ministre, Denys Chmygal, se disant impressionnée par la «bravoure» des forces ukrainiennes sur le front et confirmant une aide financière de 5 milliards d’euros pour Kiev proposée par la Commission, début septembre.

«Vous aurez vos amis européens à vos côtés aussi longtemps qu’il le faudra. Nous sommes amis pour toujours», a-t-elle lancé. Il s’agissait de la troisième visite en Ukraine pour Ursula von der Leyen, qui a reçu jeudi une décoration ukrainienne de la part de Volodymyr Zelensky. Elle avait indiqué avant son voyage que les discussions porteraient sur la manière de «rapprocher nos économies et nos populations au moment où l’Ukraine avance vers l’accession» à l’Union.

Regard vers l’ouest 

Les Européens avaient entériné en juin la candidature de l’Ukraine, qui ambitionne également de rejoindre l’OTAN. Cette perspective est perçue comme une menace existentielle par Moscou, qui a lancé sous ce prétexte, parmi d’autres, une invasion du pays le 24 février. Les Occidentaux ont adopté en réaction une série de sanctions à l’encontre de la Russie tout en fournissant des armes à Kiev, un soutien crucial qui lui a permis de reprendre ces dernières semaines des milliers de kilomètres carrés de territoire aux forces russes.

400 localités libérées 

L’Ukraine plaide toutefois également pour un soutien financier, alors que son économie s’est effondrée et que le pays a besoin, selon les estimations du ministre des Finances, Serguiï Martchenko, de cinq milliards de dollars par mois pour couvrir son déficit budgétaire.

À la veille de la visite d’Ursula von der Leyen, le président Volodymyr Zelensky s’était rendu dans la ville stratégique d’Izioum récemment reprise aux Russes dans la région de Kharkiv (nord-est), d’où il a promis aux Ukrainiens la «victoire». Il a souligné que «la quasi-totalité de la région de Kharkiv est libérée» avec la prise de «400 localités», à la faveur d’une contre-offensive ukrainienne lancée début septembre.

Risque d’inondation 

Dans la soirée de mercredi, les forces russes ont pour leur part frappé à l’aide de sept missiles des infrastructures hydrauliques, provoquant une crue subite de la rivière Ingoulets à Kryvyï Rig, la ville natale de Volodymyr Zelensky, qui a dénoncé une tentative de l’inonder. Un nouvelle frappe a visé la ville, jeudi, touchant une «entreprise industrielle» et causant de «sérieux dégâts» sans faire de victimes, a indiqué le chef de l’administration militaire locale, Oleksandre Vilkoul.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boite mail, l'essentiel des infos de la journée.

(AFP)

Ton opinion

212 commentaires